Le Barreau camerounais est en deuil, Me Bernard Muna n’est plus

Me Bernard Muna, avocat international et homme politique, est décédé hier dimanche 6 octobre 2019 à Yaoundé, des suites d’une longue maladie.

Bernard Acho Muna, souvent surnommé Ben Muna, né le 27 mai 1940 à Ngyen-Mbo (région du Nord- Ouest) au Cameroun était un avocat, magistrat et homme politique camerounais, ancien procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (1997-2002) et ancien candidat à l’élection présidentielle camerounaise de 2011.

Bernard Muna était le fils de Salomon Tandeng Muna, artisan de l’unité nationale, et le frère de Akere Muna, fondateur de Transparency International Cameroun et de Ama Tutu Muna, qui fut ministre de la culture au Cameroun de 2007 à 2015.

Bernard Muna a mené campagne pour l’élection présidentielle camerounaise de 2011, comme candidat d’opposition contre Paul Biya et son régime, et pour le compte de l’Alliance des Forces Progressistes. À cette occasion Bernard Muna propose une nouvelle constitution, et le rattrapage du retard pris en matière de développement par la lutte contre la corruption. Plusieurs analyses internationales relèvent le dynamisme de sa candidature, et pour la première fois, le fait qu’un candidat fasse usage d’internet par le biais d’un site officiel et des réseaux sociaux, en utilisant des moyens basés en France pour des raisons de sécurité, afin de publier son programme et son actualité. Ce qui amène certains journalistes à en parler comme de « la première campagne du XXIe siècle en Afrique ».

Ses confrères retiennent de lui, un homme politique avéré et fervent combattant des droits de l’homme. Il a lutté pour la libération de Me Yondo Black Mandengue au tribunal militaire au début des années 1990.

Il avait quitté le Social Democratic Front en fondant l’Alliance des Forces Progressistes présidé aujourd’hui par Alice Sadio.