La zone franc en pleine croissance

Les pays africains de la zone franc ont connu une croissance de 2,4% en 2000 et devront connaître une croissance plus soutenue en 2001. Le rapport publié par la Banque de France est très contrasté.

En 2000, les pays de la Zone franc ont connu une évolution économique contrastée. Les pays d’Afrique de l’Ouest ont enregistré un net ralentissement de l’activité, alors que ceux d’Afrique centrale ont bénéficié d’un regain de croissance. Dans l’ensemble, la Zone franc a connu une croissance économique de l’ordre de 2,4 %, plus modérée que celle de l’Afrique subsaharienne, tout en parvenant à maintenir une stabilité du cadre macro-économique mieux maîtrisée, indique le Comité monétaire de la Zone franc dans un rapport publié, mercredi dernier, par la Banque de France.

Le comité prévoit pour cette année que les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) seront très affectés par la faiblesse des cours des produits tropicaux et par la réticence des investisseurs en Côte d’Ivoire.

Croissance à deux vitesses

Si la récession qui menace l’UEMOA est aggravée par la hausse du prix du pétrole, les pays d’Afrique centrale connaîtront une croissance plus soutenue…à cause de  » l’orientation favorable des cours pétroliers « . Les pays de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) auront une croissance de 3,5 % tandis que ceux de l’UEMOA se satisferont de 1,5 %.

Les pays de la Zone franc ont connu, entre 1994 et 2000, une croissance de 4,5%,. Une croissance jugée insuffisante par la Banque mondiale pour entraîner une réduction de la pauvreté, le seuil minimum de croissance étant de 7%. Les financiers préconisent un allégement de la dette extérieure et une meilleure répartition des revenus destinée à favoriser la stabilité sociale et à soutenir la consommation des ménages.