La violence des vétérans zimbabwéens vise les fermiers blancs mais aussi l’opposition

Trois des quatre personnes assassinées depuis samedi soir étaient des militants du Mouvement du changement démocratique opposé à Robert Mugabe.

On a appris mardi 18 avril que David Stevens, le fermier blanc abattu samedi soir dans sa ferme du district de Marondera, au Sud du Zimbabwe, était un militant du Mouvement du changement démocratique (MDC), le principal parti d’opposition au Zanu-PF du président Robert Mugabe, et favori des élections législatives prévues en mai. Outre David Stevens, deux autres militants du MDC ont péri le même jour, dans l’incendie de leur voiture provoqué par le jet d’un cocktail Molotov. Ce matin mardi enfin, jour du 20ème anniversaire de l’indépendance du pays, le fermier Martin Olds a été tué dans sa ferme de la région de Bulawayo, seconde ville du pays, par d’autres  » vétérans  » armés.

MDC financé par CFU

Les deux militants du MDC tués dans leur voiture samedi ont été victimes d’une attaque à la sortie d’une réunion électorale. M. Olds et M. Stevens, en revanche, ont été tués parce qu’ils s’opposaient à la prise de possession de leur ferme par le groupe de  » vétérans  » qui s’apprêtait à les en chasser.

Néanmoins, l’appartenance de M. Stevens au MDC a certainement joué un rôle dans l’agression qu’il a subie. Le syndicat des fermiers blancs (CFU) est un soutien financier important du MDC, dont le leader Tsvangirai rappelle souvent son option en faveur d’un Zimbabwe pluriethnique. Par ailleurs, plusieurs porte-paroles des  » vétérans  » actuellement impliqués dans les opérations contre les fermiers blancs ont déclaré qu’ils prendraient les armes en cas de victoire de l’opposition aux législatives de mai.