La transmission où comment devenir adulte

Eugène Ebodé a une écriture complexe, stratifiée. Un événement arrive toujours accompagné de sa tribu. Le fils aîné prend toujours la place du père. Quand le patriarche vous confie une mission, faites très attention. Vous risquez de laisser votre enfance au chevet du mort. La Transmission, un livre à l’humour grinçant.

Que sont devenues nos indépendances ? Pourquoi nos parents ont-ils pris les armes contre les armées coloniales ? Pourquoi Mongo Beti n’est plus dans les programmes scolaires ? L’écrivain d’origine camerounaise Eugène Ebodé a décidé de répondre à toutes ces questions en mêlant fiction et histoire de son pays. La Transmission, paru aux éditions Gallimard, collection Continents noirs, est une quête de sens, une enquête sur un présent fuyant et un avenir incertain.

Le passé n’est pas décomposé, il est même un refuge. Quand Karl Ebodé sent la mort proche, il confie à son fils la lourde tâche de régler la dot de sa mère. Révolutionnaire, épris de justice et de modernité, le père refusait de s’en acquitter de son vivant. Pourquoi le faire après sa mort ? Le voyage initiatique commence. La vie après mort.

Je suis les traces de mon père

A 16 ans, on rêve de taper dans un ballon, de devenir Pelé ou Maradona – Zidane n’existait pas encore – et pas de concrétiser les volontés de son géniteur. Non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, elle est même une  » une rivière sinueuse « . Mais, comme  » un jour n’est jamais semblable à un autre  » et qu’il faut  » arracher son avenir à l’avenir « , le jeune Ebodé poursuit sa mission. Un chemin qui le mène au carrefour du Pays des Crevettes. Il découvre l’indépendance confisquée du Cameroun, les militaires qui arrêtent  » tous les étudiants qui avaient Le pauvre Christ de Mongo Beti dans leur bibilothèque ou Le devoir de violence de Yambo Ouologuem « .

Eugène Ebodé signe avec La Transmission un témoignage sur l’Afrique déboussolée, rongée par la corruption et la dictature. Le livre est aussi une confirmation de l’existence d’une alternative, d’une autre Afrique. D’un autre Cameroun.

Commander le livre :