La Tanzanie veut devenir l’un des lions du tourisme africain

Dar-es-Salam va investir dans le développement du tourisme, en vue de mieux exploiter le patrimoine exceptionnel du pays.

La Tanzanie ne jouit pas seulement de paysages somptueux ; elle abrite également une faune qui est à elle seule un pan du patrimoine de l’humanité. Enfin, elle affiche des décennies de paix. Ces trois atouts se combinent pour faire du pays une destination touristique privilégiée. Mais le gouvernement pense – à juste titre – qu’il est possible de faire mieux encore, en développant de nouveaux produits, en améliorant les infrastructures de transport et d’accueil et en faisant la promotion de nouvelles destinations.

L’an dernier, la Tanzanie a reçu 482 331 des 27 millions de touristes ayant visité l’Afrique, soit 120 000 visiteurs de plus qu’en 1998. Elle a atteint le quatrième rang des pays les plus visités sur le continent et enregistré un revenu touristique de 11,2 milliards de shillings tanzaniens.

Le tourisme est vital pour cette économie avant tout dépendante de l’agriculture, et où neuf travailleurs sur dix sont employés aux champs. Il s’appuie sur un réseau incomparable de douze parcs nationaux et de trente réserves naturelles offrant l’un des spectacles naturels les plus extraordinaires qui soient : la migration annuelle de deux millions d’animaux sauvages. Les lions, les guépards et les léopards, en particulier, peuvent y être observés dans des conditions exceptionnelles

Nouvel aéroport

Selon le gouvernement – qui s’appuie sur une étude rendue cette semaine par l’Organisation mondiale du tourisme -, la Tanzanie n’exploiterait pour l’instant que moins de la moitié de son potentiel touristique. Le Sud du pays n’est pratiquement pas visité.

L’Etat fédéral a donc décidé de créer plusieurs nouveaux centres d’accueil des touristes dans le pays et de développer la promotion du pays à l’étranger. Par ailleurs, le système de télécommunications va faire l’objet d’importants investissements. La construction d’un aéroport supplémentaire va enfin être mise à l’étude.