La Suisse marocaine : Ifrane débordée par son succès

La célèbre station de ski marocaine, littéralement prise d’assaut par les touristes à la veille du Jour de l’An.
A terme, elle devra développer ses capacités d’accueil.

La petite ville d’Ifrane, connue sous le nom de Suisse marocaine, a vu ses capacités hôtelières et ses restaurants pris d’assaut par la foule des visiteurs pour le réveillon du 31 décembre : attrait d’une station de montagne où la neige était attendue, et dont les vacanciers marocains voulaient retrouver l’atmosphère insolite, au coeur des montagnes de l’Atlas…

Ifrane n’est pas encore tout à fait prête à faire face à une telle affluence : ni par ses capacités routières, ni par ses capacités d’accueil. Les embouteillages furent spectaculaires, la gendarmerie se voyant forcée de mettre en sens unique les différentes routes et d’établir ainsi un sens de parcours obligatoire pour les véhicules qui se rendaient à la station de ski de Mischliffen. Par ailleurs rares furent les élus qui purent trouver chambre ou table libre, s’ils n’avaient pas prévu de longue date leur séjour…

Le nombre de nuitées vendues avait déjà explosé entre le troisième trimestre 1999 et la même période de 2000, progressant de 12174 à près de 30000, selon un responsable préfectoral. Les prix de location des chalets varient de 300 à 750 dirhams la nuit (200 à 500 FF) avec cheminée, couvertures, télévision… Et pour les plus luxueux, parabole, chauffage central, téléphone et garage fermé. Mais malgré tous les efforts l’offre semble avoir été inférieure à la demande… Excellent signe : les clients s’y prendront plus tôt l’année prochaine !

La neige à Mischliffen

Légère déception pour les vacanciers : la neige n’était pas vraiment au rendez-vous d’Ifrane, et ils devaient aller jusqu’à Mischliffen, dont les pistes étaient skiables, avec une vingtaine de centimètres de neige fraîche… Sur laquelle l’affluence, en luge ou à ski, était grande pour ce week-end prolongé de début de millénaire !

Les plus sereins, ou moins téméraires, se rabattaient sur les charmes de la forêt de cèdres, dont les singes bien connus, et accoutumés aux visites, constituent pour les enfants en particulier une attraction au moins égale aux glissades sur la neige…

L’expérience de cette année prouve en tout cas qu’Ifrane a bien sa partie à jouer sur la carte touristique marocaine, et que la station doit pouvoir faire de plus grands efforts d’infrastructures pour répondre aux attentes de ses visiteurs, nationaux ou internationaux. La petite Suisse du Maroc le vaut bien !

PS : Recommandé, l’Hôtel Mischliffen, le meilleur des 15 établissements de la station, à deux kilomètres du centre-ville, avec ses 119 chambres, son bar, sa discothèque… Mais il faut s’y prendre à l’avance.