La Sonatrach algérienne envisage d’accroître ses exportations de gaz vers l’Espagne mais en maintenant sa liaison via le Maroc

Grâce à l’expansion du gazoduc Medgaz, la compagnie nationale algérienne Sonatrach souhaite augmenter ses exportations de gaz vers l’Espagne de 8 milliards de mètres cubes par an tout en maintenant l’approvisionnement via la liaison GME via le Maroc, a déclaré son PDG Abdelmoumen Ould Kaddour mercredi.

L’Algérie envoie du gaz via les deux gazoducs vers l’Espagne – avec des volumes totalisant 14,5 milliards de m3 en 2017 – mais la Sonatrach souhaite pouvoir augmenter ses exportations en mettant en ligne plusieurs nouveaux projets majeurs de production de gaz dans les années à venir.

La Sonatrach a entamé mercredi des travaux de construction sur un nouveau pipeline de 200 km qui pourrait détourner le gaz du pipeline GME vers Medgaz, mais Ould Kaddour, le PDG du premier groupe algérien a déclaré que cela ne signifierait pas nécessairement que le transit via le Maroc cesserait. « L’un de nos objectifs est de continuer à produire plus de gaz et de transporter plus de gaz vers l’Europe et en particulier vers l’Espagne« , a-t-il déclaré.

Le nouveau gazoduc reliera El-Aricha, à la frontière entre l’Algérie et le Maroc, à Beni-Saf, le point de départ du gazoduc Medgaz, créant ainsi une nouvelle « boucle » entre les lignes d’exportation. Pour pouvoir transporter du gaz dans cette direction, il faudra également accroître la capacité de Medgaz. « Nous transportons actuellement 8 milliards de m3 / an via Medgaz et nous mettons en place un turbocompresseur pour le porter à 10 milliards de m3 / an », a-t-il déclaré.

Selon une source d’ingénierie de Sonatrach, avec l’ajout de plus de turbocompresseurs, la capacité de Medgaz pourrait ensuite être portée à 16 milliards de mètres cubes par an d’ici 2020.

Ould Kaddour s’exprimait après la cérémonie de lancement du nouveau gazoduc El Aricha-Beni Saf, auquel participait également le ministre de l’énergie, Mustapha Guitouni. Le nouveau lien devrait être achevé en septembre 2020.

Sur la question de la poursuite du transit du gaz via le Maroc via le gazoduc GME après l’expiration du contrat actuel en 2021, Ould Kaddour espérait conclure un nouvel accord.

« D’ici 2021, nous verrons ce qui se passera. Il y a des Marocains qui participent au projet et nous en discutons avec eux. Je pense qu’il y aura une prolongation de ce contrat. Je ne pense pas qu’il y ait de difficultés, alors nous peuvent continuer à travailler avec eux « , a-t-il déclaré.