La Royal Air Maroc au coeur de la crise

La compagnie aérienne chérifienne, Royal Air Maroc, n’échappe pas aux turbulences liées à la crise du secteur aérien international. Secouée par la guerre en Irak et ses conséquences, elle prévoit une régression de 36% de son trafic global pour le mois d’avril.

De notre partenaire L’Economiste.

Royal Air Maroc (RAM) n’échappe pas à la crise mondiale qui touche le secteur aérien. Si la compagnie nationale a transporté 3,7 millions de passagers en 2002, elle n’est certainement pas près de réaliser la même performance cette année. Aujourd’hui, la compagnie est contrainte de réaménager ses plans de vols. Les mesures prises concernent la réduction des fréquences, les délestages ou le regroupement de vols.

Un taux « très élevé » d’annulations est enregistré chaque jour sur l’ensemble des destinations, indique un communiqué de la compagnie sans fournir de chiffres. Aucune indication non plus sur le nombre d’appareils cloués au sol depuis le début de la crise. Malgré ces turbulences, les responsables se montrent optimistes. Le chiffre d’affaires de la compagnie pour l’exercice 2002, qui s’élève à 6,9 milliards de DH, est en progression de 2% par rapport à l’exercice 2001, même si celui-ci est exceptionnel et ne peut donc être pris comme base de comparaison.

Baisse sur les vols réguliers

Contrairement à la crise du 11 septembre dont les effets étaient particulièrement ressentis sur le trafic charter, le conflit en Irak produit jusqu’à présent des baisses significatives sur les vols réguliers. Les prévisions pour la première semaine du mois d’avril ne sont pas réjouissantes. La compagnie a prévu une régression de 36% de son trafic global. La baisse devait toucher les destinations « Europe, hors France »(-44%), France (-26%), Afrique (-22%) et Amérique du Nord (-27%), indique un communiqué de la RAM.

Si les compagnies internationales réagissent souvent par une réduction de leurs effectifs, la RAM, qui emploie 6 000 personnes, n’envisage pas le recours à une telle mesure, précisent les responsables. Avec une flotte de 30 avions, dont l’âge moyen est de 10 à 11 ans, la Royal Air Maroc dessert plus de 30 pays avec près de 70 escales. Pour la période 2003-2012, la compagnie prévoit de renforcer sa flotte, qui compte actuellement 25 moyen-courriers et 5 long-courriers, en passant commande de quatre Airbus 321-200 (le premier sera livré en novembre 2003) et 20 Boeing 737 NG (2 par an). Pour la flotte régionale, domestique et sud-Méditerranée, deux avions doivent être acquis au cours de cette année. Et ce programme de commandes est maintenu malgré la crise irakienne.

Aziza EL AFFAS