La révolution égyptienne débarque au cinéma

Des milliers d’Egyptiens sont descendus sur la place Tahrir ce 25 janvier pour commémorer la révolution qui a conduit au départ d’Hosni Moubarak, le 11 février. Un soulèvement raconté dans le documentaire, « Tahrir, place de la révolution », produit et réalisé par le documentariste italien Stefano Savona, qui sort ce mercredi au cinéma.

Le 25 janvier restera gravé dans la mémoire des Egyptiens. C’est la date à laquelle a débuté le soulèvement contre Hosni Moubarak, contraint à se retirer du pouvoir, le 11 février 2011. Le peuple d’Egypte est à nouveau retourné ce mercredi sur la place Tahrir, au Caire, pour célébrer sa révolution. Une révolution qui s’est également invitée au cinéma. Pour l’occasion, le documentaire, « Tahrir, place de la révolution », sort ce mercredi sur les écrans.

Produit par le documentariste italien Stefano Savona, le documentaire nous plonge au cœur de la contestation égyptienne. Cette révolution, peu de personnes l’on vu venir. Même Stefano Savona, qui séjourne pourtant régulièrement dans le pays, n’imaginait pas qu’elle allait prendre vie. Mais le réalisateur expérimenté, auteurs de Palazzo delle Aquile (Grand prix du Cinéma du réel en 2011), anticipe que quelque chose d’extraordinaire est en train de se produire dès le début du mouvement. Dès le 29 janvier, il s’immerge dans la foule sur la place Tahrir avec un appareil photo canon 5D qui filme avec une grande discrétion.

C’est au jour le jour que le documentariste réalise son projet. Une improvisation qui fait l’originalité du documentaire mais sans trahir l’ampleur de la révolution. Il propose un témoignage authentique qui montre des Egyptiens en colère, de toutes catégories socioprofessionnelles, des jeunes, des vieux, des barbus, des jeunes filles voilées. Il est même difficile d’identifier les personnages principaux ou les leaders du mouvement. En réalité il n’y a en pas. Stefano Savona qui opte pour la spontanéité assume son choix jusqu’au bout. On est d’ailleurs parfois quelque peu désorienté, en effet, les lieux où se déroulent l’action ne sont pas précisés, les personnages ne sont reconnaissables que parce qu’on les voit régulièrement dans le film. Un choix éditorial qui fait la faiblesse du documentaire mais aussi sa force. Le pari de Stefano Savona est réussi. Le message essentiel que le public retient c’est une Egypte unie, solidaire, qui se bat pour un seul et même but, sa liberté.

Voir la bande annonce