La réconciliation nationale malmenée

Alassane Ouattara, président du RDR, ne participera pas au Forum de réconciliation nationale à Abidjan. Il devait être entendu ce mardi aux côtés de Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et Robert Gueï. Ce dernier sera lui aussi absent. La réconciliation ivoirienne a du plomb dans l’aile.

 » Le RDR (Rassemblement des Républicains) suspend jusqu’à nouvel ordre sa participation au Forum de réconciliation nationale « . Henriette Diabaté, numéro deux du parti d’Alassane Ouattara ne saurait être plus claire.  » Cela ne veut pas dire que nous ne reviendrons pas dans le Forum mais pour l’instant, nous attendons un geste de la part du président « . Un geste ? Un papier plutôt : le certificat de nationalité  » qui permettra à Alassane Ouattara de s’adresser à ses frères ivoiriens en tant qu’Ivoirien « .

En effet, le président du RDR a refusé de participer à l’audition de mardi, rassemblant quatre leaders politiques du pays, tant qu’il n’était pas rétabli dans ses droits civiques et politiques.  » Nous avons été de bonne foi « , souligne Henriette Diabaté.  » Nous avons participé à ce Forum alors que nous étions réticents, nous avons accepté de participer aux travaux du Conseil économique et social contre l’avis de nos militants parce que nous avions eu l’assurance que nos revendications seraient acceptées.  »

Contexte socio-politique

 » Ce que nous demandons est logique et faisable « , poursuit-elle,  » la libération des prisonniers politiques (qui n’est aujourd’hui que partielle), la reconnaissance des droits civiques d’Alassane Ouattara et sa sécurité. Le président Laurent Gbagbo et la France, par l’intermédiaire de Charles Josselin (ministre délégué à la Coopération et à la Francophonie, ndlr), nous avaient donné un engagement ferme en ce sens, juste avant l’ouverture du Forum. Aujourd’hui il n’en est rien « , regrette Henriette Diabaté.

Alors qu’Alassane Ouattara serait, selon elle, en mesure d’apporter tous les documents nécessaires à l’émission de son certificat de nationalité, l’Etat lui refuse de reconnaître son ivoirité  » parce que le contexte socio-politique ne s’y prête pas « .  » Nous luttons pour quelque chose de juste « , insiste Henriette Diabaté  » et nous attendons un geste qui montre que nous voulons tous une réconciliation véritable et entière « .

En attendant, seul Laurent Gbagbo et l’ancien président Konan Bédié ont pris la parole à l’audition de mardi. Robert Gueï a lui aussi décliné l’invitation, les  » conditions n’étant pas réunies  » pour qu’il participe au Forum. L’audition doit aborder des thèmes sensibles comme, entre autres, la mauvaise gouvernance, le concept d’ivoirité, la responsabilité et le rôle des hommes politiques interrogés dans la situation politique actuelle.