La « Porte du non retour » à Ouidah

Par Franck Salin, Ouidah, Benin, décembre 2007. Ce monument a été érigé en mémoire des millions d’esclaves qui ont été déportés de l’Afrique vers l’Amérique entre les XVIe et XIXe siècles.

Ancienne capitale économique et ancienne résidence du roi près du champ (d’où le nom Gléxwé qui signifie ‘’la maison du champ’’) de Savi, le royaume des Xwédah (lire article ‘’Savi, le QG des Xwédah’’), Ouidah au XVIIe siècle, a été l’une des plus importantes plateformes de la traite négrière. Lequel terme désigne le commerce d’esclaves noirs dont ont été victimes par millions, les populations de l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique Centrale et l’Afrique Australe, pendant des siècles. Environ 2 millions d’esclaves sur les 11 millions déportés au total aux Amériques et en Europe, sont partis de Ouidah d’où serait également parti le… dernier navire négrier en 1860.

Lire la suite sur Bénin: Ouidah, ancien « Gléxwé », « la maison du champ »