La plume et le Net

Julienne Zanga, jeune écrivaine camerounaise, a pris la plume par nostalgie de son pays. Après un premier roman publié aux éditions Dapper en 2001, elle prend le chemin d’Internet pour faire connaître son travail et s’encrer un peu plus dans le milieu littéraire.

Alima et le prince de l’océan. Un livre plein de fraîcheur et de poésie destiné aux jeunes lecteurs et écrit par une nouvelle venue sur la scène littéraire : la Camerounaise Julienne Zanga. Un nouveau talent qui valait bien un site. La jeune femme de 29 a décidé de créer ce site  » pour être enfin maîtresse de son destin littéraire « , faisant remarquer que  » peu d’écrivaines africaines ont accès aux médias grand public « . Se servant d’Internet à bon escient, l’auteur dynamique se raconte.

Elle explique, dans une bibliographie fournie, comment elle est arrivée à l’écriture. Petit rat de bibliothèque dès son plus jeune âge, Julienne parcourt des kilomètres à pied pour se rendre à la bibliothèque du Centre culturel français de Yaoundé. Plus tard, elle dévore Aimé Césaire, Alex Haley, Cheik Anta Diop et Zola. Elle quitte le Cameroun pour l’Anjou (ouest de la France) en 1996 et c’est là que le déclic se produit… grâce au mal du pays.

Nostalgie de l’Afrique

 » C’est cette nostalgie née du départ de l’Afrique qui m’a amené un jour à l’écriture. Les journées étaient souvent longues pour la jeune mère au foyer que j’étais. Alors, pour passer le temps, je pianotais sur l’ordinateur familial. Un jour où le mal du pays était plus fort que d’habitude, j’ai fait le vide en moi. Puis, d’un coup, j’ai saisi un cahier d’écolier et je me suis mise à écrire. C’était un après-midi de 1997. Je n’ai plus arrêté depuis. J’écrivais, et c’était une façon d’être chez moi, de me retrouver à Yaoundé. »

En 2000, elle s’installe à Paris et en 2001, les Editions Dapper publient son premier roman. Julienne espère sortir son prochain livre à l’été 2003. Pour la soutenir et la découvrir, deux solutions : visiter son site ou traîner du côté de Lille, où elle participe au festival Festafrica.

Visiter le site.

Lire aussi : Alima l’Africaine.