La photographie rend hommage aux musiques d’Afrique

AkwaB2.jpg

Comment allier deux passions pour en faire naître du beau? Une question à laquelle le photographe camerounais Bill Akwa Bétote, grand amoureux des musiques du monde, a trouvé la réponse. Son exposition, Corps instrumental, se tient jusqu’au 15 novembre à la galerie L’art à palabres, à Montreuil, en France.

Il a le regard bienveillant et chaleureux de ceux qui s’intéressent intensément aux autres. Nul hasard donc si Bill Akwa Bétote est devenu photographe. Et il a une passion pour la musique . Le photographe camerounais, installé en France depuis 1972, est d’abord connu comme photographe de scène, passionné de musiques du monde. Et ses photos ont l’art de saisir, en images, ces instants magiques de plaisir et d’émotion qui naissent lors d’un concert.

Mais avec l’exposition Corps instrumental qui se tient jusqu’au 15 novembre à la galerie L’art à palabres, à Montreuil, le photo-journaliste nous dévoile une autre facette de lui-même : son travail de création. En noir et blanc, et superbement réalisées sur tirage argentique, des photographies prises en studio mêlent instruments de musique d’Afrique et visages ou corps d’hommes et de femmes du continent. Un corps de femme déroulé autour d’un tambour ; un visage mêlé à l’image d’une kora; un arc musical dédoublé en miroir … Véritable hommage à la fois aux instruments de musique d’Afrique, et à la beauté des corps et des visages qui leur donnent vie, ces photographies sont d’une qualité esthétique époustouflante, et révèlent un grand artiste, qui sait jouer de lumières subtiles, d’un grain travaillé au plus juste, et de mises en scène créatives .

AkwaBetoteBill.jpgQuestions à Bill Akwa Bétote

Afik.com : Vous avez une passion pour la musique, et pour les photographies qui la célèbrent : comment est née cette double passion ?

Bill Akwa Bétote:
En arrivant en France j’ai d’abord commencé par faire beaucoup de photos de presse, et de mode. Puis je suis parti vivre à Marseille, pendant 4 ans, à la fin des années 70. Là, j’ai eu l’occasion de côtoyer les milieux musicaux et artistiques, on sortait beaucoup, on allait d’un cabaret à un club de jazz. Et un jour, une image m’a marquée : on est entrés dans un club, sur la corniche, un homme jouait de l’orgue, on le voyait de dos, mais il était face à un miroir, donc son image était dédoublée. On voyait la lune dehors, c’était pleine lune, il y avait une lumière particulière. Je me suis dit « La scène a une telle force ! ». Je n’avais pas mon appareil, je n’ai pas pris cette photo, mais l’image m’est restée : et c’est ce souvenir que j’ai reconstitué dans cette photo, avec l’arc musical, où on dirait qu’il y a lune dans le coin. En fait, la scène c’est tout un monde : comment le corps évolue sur scène, c’est magique. L’artiste crée un univers, on peut imaginer tout un monde…

Afik.com : Cette exposition est un bel hommage à la musique…

Bill Akwa Bétote:
Oui, la musique a comme ça quelque chose de fort, qu’elle vous transmet. Et cette exposition, c’est pour moi un témoignage autant artistique qu’humain de tout ce qu’elle m’a donné. La musique c’est la force, c’est la vie. Elle vous donne une énergie incroyable. Et c’est aussi toute la force de l’Afrique, toute son énergie, que j’ai voulu montrer à travers ces photos.

 Le site de Bill Akwa Betote

Exposition jusqu’au 15 novembre.

A L’art à palabres : 27, rue Pierre de Montreuil, 93100 Montreuil, France.

Contact : akwa.betote@wanadoo.fr