La photographie comme patrimoine

La Fondation arabe pour l’image a collecté, depuis 1996, 22 000 photographies et négatifs du Maghreb et du Proche-Orient, datant de 1860 à 1960. Un trésor photographique à découvrir sur son site Internet.

Portraits, paysages, en studio ou en plein air, en famille ou au travail… La photographie du monde arabe n’a rien à envier à celle d’autres zones géographiques. Le site de la Fondation arabe pour l’image (FAI) est là pour le démontrer. Comme le rappelle justement le site, l’histoire de la photographie est étroitement liée au monde arabe. C’est en Egypte que sont faits les premiers daguerréotypes, en 1843. Si la photographie est introduite au Proche-Orient et au Maghreb par les photographes occidentaux, des photographes locaux émergent dès la fin des années 1860.

Ce sont ces pionniers que la FAI veut faire (re)découvrir. La Fondation, créée à Beyrouth (Liban) en 1996, possède aujourd’hui 22 000 photographies et négatifs sur une période qui s’étend de 1860 à 1960. Cent ans de patrimoine photographique du Maroc, de l’Egypte, de l’Arabie saoudite, de l’Irak, de la Jordanie, du Liban, de la Palestine et de la Syrie. Cent ans de clichés qui ont fait l’objet d’une recherche iconographique minutieuse auprès des professionnels comme des amateurs et que la FAI veut sauvegarder mais aussi faire connaître.

OEuvres anonymes

C’est pourquoi elle oeuvre pour la création d’un Centre pour l’image à Beyrouth qui abriterait ses collections. D’ici là, elle promeut la photographie arabe par le biais d’expositions, dans la région et à l’étranger, de films et de publications. On découvre avec bonheur la photographie de studio locale comme avec Sebah en Egypte – la FAI possède quarante épreuves albumines de son travail dont certaines sont colorées à la main -, la photographie non-professionnelle et les oeuvres anonymes qui donnent une dimension supplémentaire de la photographie en tant que pratique culturelle.

Le site sobre et habillé de noir met en valeur les reproductions des clichés. Les photographies y sont comme des bijoux précieux dans leur écrin. A voir.

Visiter le site.