La pêche sénégalaise en eaux troubles

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a profité de l’ouverture des Concertations nationales sur la pêche et l’aquaculture qui se tiennent jusqu’au 8 novembre à Dakar, pour faire part de son inquiétude concernant ce secteur économique.

Lors de l’ouverture des Concertations nationales sur la pêche et l’aquaculture, le président sénégalais Abdoulaye Wade a accusé les politiques antérieures d’avoir favorisé  » le pillage systématique du patrimoine halieutique « . Il dénonce des ventes illicites de promesses de licences, des comptes secrets à la présidence… et a demandé sur ce sujet, l’ouverture d’une information judiciaire.

Selon un proche du ministre de la pêche, Oumar Sarr,  » le président Wade a proposé de nouvelles solutions pour permettre une plus grande transparence de ce secteur. Toutefois, ses propositions sont informelles et devront être étudiées par le ministère, avant de faire l’objet d’une concertation du gouvernement « .

Rencontre de politiques et de professionnels de la pêche

Les Concertations nationales sur la pêche et l’aquaculture de cette année sont les premières qui se tiennent sous la présidence de Wade. Ceci explique sans doute la virulence de ses propos et son désir d’exprimer un message fort sur ce thème. Les Concertations rassemblent cinq commissions qui repensent l’intégralité du secteur de la pêche, ayant pour but, à terme, de changer les lois dans ce domaine. Ces commissions regroupent des membres du gouvernement, mais également une grande majorité de professionnels de la pêche.

Jacques Marec, Président de la section des armateurs du Groupement industriel de la pêche du Sénégal, assiste aux concertations et rapporte que  » l’idée du président Wade de vendre les licences de pêche aux enchères semblent irréalistes. Les sociétés qui investissent des milliers, voire des millions de francs dans la construction de bateaux ne peuvent se permettre de jouer à la loterie avec les licences. «