La nature au cœur de l’art

1-8.jpg

Du 4 au 30 avril, l’association parisienne « Communic’art » accueille dans ses locaux les œuvres de trois artistes congolais afin de sensibiliser le public au développement durable. Une trentaine de peintures et de sculptures illustrent le travail quotidien de femmes africaines, touchant directement à la nature.

Retour aux sources. Du 4 au 30 avril, deux artistes peintres féminines, Annie Moundzota-Ndieye et Rhode Bath-Schéba Makoumbou, ainsi qu’un sculpteur, Michel Bienvenu Gouemo Diarra, exposent une trentaine de leurs œuvres à la Galerie Jardin de l’association « Communic’Art », à Paris. Le travail de ces trois artistes congolais, originaires de Brazzaville et réunis ici autour du thème du développement durable au Congo, explore particulièrement la figure féminine africaine traditionnelle. Entre primitivisme et réalisme, l’exposition met l’accent sur la sensibilisation du rapport de l’Homme à la nature. Cet engagement éthique, l’art au service de la nature, est celui de l’association du poète-psychologue-scénariste-directeur artistique argentin Pablo Garcia, « Communic’Art ». Cette association, pluridisciplinaire comme l’est son créateur, s’applique à tisser des liens entre créativité et protection de l’environnement en organisant ateliers, expositions et autres manifestations culturelles.

Peintures et sculptures exposées nous rappellent à la terre très explicitement, par les matériaux utilisés (sciure de bois, terre, plume, paille) comme par les thèmes abordés. Car au cœur de ces créations se dessine la femme africaine et la terre qu’elle travaille. La terre aussi qu’elle parcourt, de lourdes jarres en équilibre sur la tête. Ces métiers traditionnels de l’environnement rural africain sont peints et sculptés par les deux artistes féminines. Moins nombreuses, les œuvres du sculpteur Michel Bienvenu Gouemo Diarra, viennent compléter, presque avec pudeur, cette figure féminine maternelle et vaillante, par un discret souffle érotique. Les deux femmes, Annie Moundzota-Ndieye et Rhode Bath-Schéba Makoumbou, exposent également en ce moment au Centre culturel français de Brazzaville.

Déraciner pour rencontrer

L’ensemble des oeuvres comporte l’avantage d’être énergique et ludique, ce dont se réjouit Pablo Garcia. « Le but de cette exposition est de sensibiliser le public à la nature, à une certaine éthique de l’environnement. Nous avons reçu la visite de beaucoup d’enfants du quartier, d’origine africaine notamment, qui ont pu retrouver un instant leurs racines, l’énergie de cette force primitive de l’humain, au plus proche de la nature », explique le poète.

« Communic’Art » s’attache depuis une dizaine d’années à mettre en relation les différentes formes d’expressions artistiques, la protection de l’environnement et la solidarité. Dans cette perspective, Communic’Art organise annuellement un salon de « l’art végétal », où des artistes tentent de sensibiliser les entreprises et les pouvoirs publics au développement durable. L’association, qui propose des ateliers jardinages, des ateliers vidéo et d’écriture, édite aussi une belle revue trimestrielle, L’arbre, magasine d’art transdisciplinaire. « L’arbre, explique Pablo Garcia, parce que nous avons ce besoin de nous déraciner, de faire le vide, de partir de ce rien. Nous avons d’abord besoin de nous détacher de l’expérience personnelle, retrouver nos forces primitives naturelles, être en totale disponibilité et sans préjugés, pour ensuite aller à la rencontre de l’autre et partager notre créativité. »

 Exposition congolaise du 4 au 30 avril 2005

Tous les jours sauf dimanche de 14h à 19h

Communic’Art, Galerie Jardin

18 rue de Gergovie

75014 Paris

Métro Pernety

 Site internet de l’association