La Mauritanie mise sur le tourisme

En quatre ans, le tourisme a connu un véritable boom en Mauritanie. A tel point que le pays vient de se doter d’un plan stratégique sur 10 ans pour développer ce secteur, considéré par le gouvernement comme l’un des quatre piliers de l’économie mauritanienne.

 » Le secteur du tourisme est désormais considéré comme l’un des quatre piliers de notre économie nationale.  » Mohamed Abdellahi Ould Khattra, directeur du tourisme mauritanien, ne cache pas son enthousiasme. Et il a raison. Alors qu’en 1996, 217 touristes avaient fait le voyage vers la Mauritanie, le pays en a accueilli pas loin de 40 000 pour la saison 2001-2002.  » En quatre ans, le tourisme en Mauritanie a connu un véritable boom. Les choses sont allées très vite. Notre clientèle vient d’Europe, surtout de France, et le tourisme d’affaires commence aussi à marcher.  »

Pourquoi cet engouement ? Mohamed Abdellahi Ould Khattra met en avant  » une stabilité politique et une sécurité totale qui prévaut dans tout le pays « . La Mauritanie, c’est d’abord 750 km de plage de sable blanc et le paradis des amateurs de désert. Deux parcs naturels, Banc d’Arguin (entre Nouakchott et Nouadhibou) et Diawling (au sud du pays, dans le département de Keur-Massène), ont été classés patrimoines naturels de l’humanité par l’Unesco.  » L’écosystème de ces parcs est protégé et le Banc d’Arguin compte plusieurs espèces d’oiseaux rares, en voie de disparition « , explique le directeur du tourisme.

Tourisme culturel

La Mauritanie, c’est aussi la possibilité de pratiquer un tourisme culturel, avec les bibliothèques anciennes et leurs manuscrits, très prisés des touristes, dans les villes historiques de Chinguetti, Oualata, Ouadane et Tichitt. C’est enfin et surtout un pays dont les potentialités énormes sont loin d’être toutes exploitées : il reste des territoires naturels immenses et vierges.  » Pour le moment, c’est surtout la région de l’Adrar qui draine le tourisme mais nous allons construire un aéroport international pour desservir les régions des Dohodhs.  » Le voyagiste Point Afrique, qui dessert déja Atar, devrait être de la partie.

Le gouvernement de Nouakchott vient de voter un plan stratégique sur 10 ans qui complète l’arsenal juridique déjà en place. Dès 1994, l’Etat montre sa volonté de développer ce secteur jusqu’ici délaissé en adoptant une déclaration de politique générale, suivie en 1996, d’une loi organisant le secteur et de différents décrets visant sa mise en pratique. Aujourd’hui, le gouvernement mauritanien développe la formation du personnel et les infrastructures  » qui croissent au rythme de la venue des touristes. Pour le moment, nos constructions sont de moyen standing mais nous espérons construire des hôtels 4 ou 5 étoiles d’ici quelques années ». La création de l’office du tourisme mauritanien, en juillet dernier, a déjà marqué un tournant. La saison 2002-2003, qui débute à la fin du mois d’octobre prochain, s’annonce sous les meilleurs auspices.

Visiter le portail de la Mauritanie.