La maladie du sommeil au coeur d’un atelier scientifique de l’IRD à Conakry

Les 30 et 31 octobre 2012, Conakry accueille l’atelier scientifique « La trypanosomose humaine africaine (THA) en Guinée, bilan et perspectives d’élimination ». Environ 70 participants (chercheurs, partenaires techniques et financiers) seront réunis pour faire le bilan de 10 ans de recherches et d’actions de lutte contre la THA (ou maladie du sommeil) en Guinée, pays le plus touché par cette maladie négligée en Afrique de l’ouest.

Organisé par le Programme national de lutte contre la THA (PNLTHA) guinéen, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), et le Centre international de recherche-développement sur l’élevage en zone subhumide (CIRDES), cet atelier se tient sous l’égide du ministère de la Santé et de l’hygiène publique avec le parrainage financier de l’Ambassade de France en Guinée et en Sierra Leone.

Une maladie négligée affectant près de 30 000 personnes en Afrique subsaharienne

Maladie parasitaire due à un protozoaire de l’espèce Trypanosoma brucei, la THA est transmise à l’homme par un insecte vecteur, la glossine (ou mouche tsé-tsé aussi vectrice des trypanosomoses animales). Présente exclusivement en Afrique subsaharienne, elle affecte principalement les populations rurales qui vivent des activités agricoles, de la pêche et de l’élevage. Caractérisée par de la fièvre, des douleurs articulaires et des atteintes au système nerveux central (troubles du comportement, sensoriels et du sommeil), la THA peut s’avérer mortelle en l’absence de traitement.

En 1998, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recensait 40 000 cas déclarés et estimait à 300 000 le nombre de personnes infectées. Grâce aux efforts de lutte menés sur plus de 10 ans, le nombre de cas rapportés est passé, en 2009, en dessous de 10 000 (première fois depuis 50 ans), et le nombre de cas estimés à 30 000. Dans ce contexte, l’OMS et l’Union Africaine viennent de lancer d’importantes campagnes panafricaines d’éradication de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomose (PATTEC) sur le continent.

Vers une élimination de la THA en Guinée

La Guinée, pays le plus touché par la maladie en Afrique de l’ouest, concentre les efforts de lutte depuis une dizaine d’années. Grâce à la mise en place du Programme national de lutte contre la THA (PNLTHA) en 2002, plusieurs centaines de malades ont été dépistés et traités, principalement dans les zones de mangrove du littoral guinéen. Les activités de recherche et de lutte menées ces dernières années ont non seulement permis d’endiguer l’épidémie, mais aussi d’améliorer les méthodes de lutte médicale et anti-vectorielle. Forts de ces acquis, le PNLTHA et ses partenaires proposent de lancer une campagne d’élimination durable de la THA sur tout le littoral guinéen (de la frontière avec la Sierra Leone à celle avec la Guinée Bissau).

Capitaliser 10 ans de recherches et d’actions de lutte

Les chercheurs de l’IRD, appartenant au laboratoire « Interactions hôtes-vecteurs-parasites dans les infections par Trypanosomatidae » (INTERTRYP – UMR Cirad-IRD), conduisent des recherches pluridisciplinaires sur la maladie du sommeil depuis de nombreuses années, en partenariat avec les structures de recherche d’Afrique de l’ouest (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée…) : éco-épidémiologie ; études des bases moléculaires et cellulaires de l’infection ; approches diagnostiques, thérapeutiques et pronostiques antiparasitaires. Des actions de formation et de renforcement des capacités sont également mises en place dans les pays du Sud, telle que le laboratoire mixte international sur les maladies à vecteurs de Bobo-Dioulasso (LAMIVECT, Burkina Faso), centré sur les maladies à vecteurs en santé humaine et animale (paludisme et les trypanosomoses).

C’est dans ce contexte que le PNLTHA guinéen, l’IRD et le CIRDES organisent l’atelier scientifique « La THA en Guinée, bilan et perspectives d’élimination » qui se tiendra au Centre culturel franco-guinéen de Conakry les 30 et 31 octobre 2012. Près de 70 participants (chercheurs, partenaires techniques et financiers) seront réunis pour présenter les résultats de plus de 10 ans de recherches sur cette maladie, menées en partenariat Nord-Sud et Sud-Sud. Cet atelier permettra également de faire le point sur le projet « ElimTrypGui » qui a pour objectif l’élimination de la THA sur le littoral guinéen.

Le communiqué est disponible en pdf ci-dessous :

cp_atelier_tha_guinee.pdf