La lutte contre le réchauffement ne doit pas freiner le développement

L’Institut international pour l’Environnement et le Développement (IIED) met en garde les représentants des gouvernements du monde entier qui se rencontrent cette semaine à Nairobi, au Kenya, pour débattre sur le réchauffement climatique, contre tout choix politique qui pourrait remettre en cause le développement des pays désavantagés et démunis.

L’Institut international pour l’Environnement et le Développement (IIED), qui a traité de ces thèmes dans 14 rapports, indique que les principales préoccupations tournent, notamment, autour de la question de savoir si la lutte contre la déforestation est une démarche efficace, en termes de coûts, pour atténuer les effets du changement climatique et si les compensations en fixation de carbone pourraient avoir des retombées positives pour les pays en développement.

L’institut a également mis l’accent sur les problèmes qui entravent les politiques actuelles et recommandé les voies et moyens à mettre en oeuvre pour garantir la prise de mesures susceptibles d’offrir des avantages aux communautés les plus vulnérables.

« Il est essentiel que les décideurs politiques réagissent en procédant à des choix ne comportant aucune conséquence négative pour les pays dont la responsabilité est la moins engagée dans les changements climatiques et qui sont pourtant les plus touchés par ses effets », affirme Mme Camilla Toulmin, directrice de l’IIED, dans un communiqué transmis à la PANA dimanche, à New York.

Elle a également indiqué que les concessions mutuelles pour trouver un équilibre entre les exigences de la lutte contre le changement climatique et celles de la promotion du développement économique sont complexes, ajoutant, à cet égard: « Par exemple, le commerce des fruits et végétaux convoyés par avion vers le Royaume Uni à partir de l’Afrique contribue au changement climatique mais permet aussi à plus d’un million d’Africains d’assurer leurs moyens de subsistance ».

« Les produits aérotransportés de l’Afrique subsaharienne vers le Royaume Uni offrent de considérables avantages aux communautés rurales démunies », ont fait observer James MacGregor et Bill Vorley, tous deux de l’IIED, dans les rapports qu’ils ont consacrés au sujet.

« Nous pourrions, en nous abstenant d’acheter les produits frais aérotransportés de l’Afrique, réduire d’environ 0,1% le total des émissions de gaz à effet de serre », ont-ils ajouté.

Ils ont aussi expliqué que le Royaume Uni et d’autres pays développés devraient donner la priorité à la réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant du transport routier et de la consommation d’énergie sur le territoire national, avant de s’attaquer au transport aérien.

« Une autre option pour réduire les émissions de gaz à effet de serre consisterait à lutter contre la déforestation tropicale, responsable de 20 à 25% des émissions mondiales de dioxyde de carbone, en offrant des compensations aux propriétaires terriens pour les convaincre de renoncer à transformer leurs forêts en terres de culture ou en terrains consacrés à d’autres usages », mentionnent, par ailleurs, les deux experts dans leurs rapports.

Ils ont indiqué que les incitations prévues par le Protocole de Kyoto pour convaincre les pays tropicaux de renoncer à la déforestation sont rares.

Cependant, il ressort des recherches de l’IIED, présentées dans le détail par un rapport de Maryanne Greig-Gran, que la déforestation pourrait être réduite de moitié dans le monde en consacrant 5 milliards de dollars US, un montant relativement raisonnable, aux mécanismes de compensation.

Un autre rapport de l’IIED souligne que le Protocole de Kyoto sur le Mécanisme pour un développement propre (MDP), qui autorise les pays riches à compenser leurs émissions en investissant dans la réduction des émissions dans les pays en développement, a apporté peu d’avantages aux communautés les plus pauvres de la planète.

« La plupart des projets du MDP sont de grande ampleur et sont concentrés dans de rares pays en développement », affirme le document.

Cependant, les projets de MDP mis en œuvre au profit des 50 Pays les moins avancés sont rares, voire inexistants.

Le rapport de l’IIED note, en outre, que les compensations volontaires en fixation de carbone proposées en dehors du MDP comportent plus d’avantages pour les pauvres.

Il ajoute que les programmes prévoyant des mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à se préparer pour amortir les effets du changement climatique pourraient constituer un moyen efficace pour faire de telle sorte que les ressources parviennent aux personnes les plus vulnérables.

D’autres rapports contenus dans le document de l’IIED examinent les obstacles juridiques qui entravent les projets conçus pour capturer les émissions de dioxyde et les garder en sous-sol, la nécessité d’harmoniser les conventions internationales sur la biodiversité, la désertification et le changement climatique et la manière dont la croissance urbaine doit mieux tenir compte des impératifs de protection du climat, plutôt que de contribuer à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

L’IIED distribuera les documents à la 12ème conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur le Changement climatique, qui a débuté ce lundi à Nairobi, au Kenya.

L’Institut international pour l’Environnement et le Développement est un institut de recherche indépendant et à but non lucratif créé en 1971 et basé à Londres. Il fournit de l’expertise et définit des orientations dans les domaines de la recherche et de l’instauration du développement durable dans le monde.