La loi du sang

La Malienne Aïda Mady Diallo signe avec Kouty, mémoire de sang (éditions Gallimard), un roman noir et amer. C’est le premier du genre écrit par une femme africaine. Malgré quelques faiblesses, la plume d’Aïda mérite qu’on s’y intéresse. Découverte.

Aïda Mady Diallo a passé son enfance en France, son adolescence au Mali et fait ses études supérieures en Ouzbékistan. Agro-économiste de formation, elle travaille à Bamako pour un fournisseur de services Internet. Mais ce n’est pas tout. Aïda Mady vient de sortir son premier livre (un roman noir, très noir) devenant par là-même la première jeune femme africaine se frottant à ce genre littéraire.

Kouty, mémoire de sang (Série noire de Gallimard) s’écrit en rouge et noir et donne la couleur dès les premières pages, d’une violence insoutenable. Dans la ville malienne de Gao, en 1984, le destin d’une fillette bascule. Kouty a 10 ans. Cachée, elle assiste au massacre de sa famille par quatre Touaregs.  » Phase terminale de l’enfance « . Kouty grandit. Enfant des rues de Bamako, elle est recueillie par Odile et Marceline qui l’élèvent dans les vapeurs de cuisine de leur restaurant. Jeune fille lointaine au caractère bien trempé, Kouty entretient le mystère. A 16 ans, elle ne pense qu’à une seule chose : sa vengeance.

Difficile métissage

La jeune femme va donc entreprendre de retrouver chacun des meurtriers de ses parents et de son petit frère. Et de les éliminer un par un. S’ensuit une série de courses-pousuites entre Bamako, Dakar et Abidjan. Malgré une intrigue assez simpliste, la force du livre est de mettre en lumière les relations tendues entre les Touaregs – qui se considèrent comme  » Blancs  » et  » nobles  » – et les Noirs. Aïda Mady Diallo y évoque la difficulté d’être métis. Avec en toile de fond le renversement militaire de 1991 ( » Mars, mois terrible. La démocratie se noyait dans la dictature, le feu, le sang « ) et les problèmes rencontrés par le Continent.

 » L’Afrique, la vraie, authentique, celle des fiers guerriers mandingues, hutus, tutsis, zoulous – pour n’en citer que quelques-uns – était devenue méconnaissable. Ce n’était plus que l’Afrique du tiers-monde, de l’errance, des rêves de splendeur et des espoirs avortés. L’Afrique des hommes sans foi ni loi, livrée aux rapaces du monde politique.  » Aïda Mady Diallo est une plume africaine à découvrir.

Commander le livre : Kouty, mémoire de sang de Aïda Mady Diallo, éditions Gallimard, collection Série Noire.