La Libye scrute le ciel africain

La Jamahiriya libyenne concrétise ses ambitions africaines par la création d’une compagnie aérienne : Afriqiyah Airways. Afriqiyah, Afrique en arabe et en swahili. La compagnie a inauguré ce jeudi son premier vol Paris-Tripoli.

 » Nous n’avons pas l’ambition de prendre la place d’Air Afrique. Notre compagnie est nationale et l’Etat libyen en est actionnaire à 100%. C’est vrai que la situation d’Air Afrique a rendu possible la création de nombreuses compagnies nationales comme Air Sénégal, Air Togo… « , reconnaît Sabri S. Abdalla, directeur général d’Afriqiyah. Depuis ce jeudi matin, Afriqiyah atterrit à Paris. La ligne française, au-delà de sa rentabilité, est aussi une victoire politique. Tripoli est enfin devenue fréquentable. Et Afriqiyah mise sur ce retour diplomatique pour étendre ses activités et rafler le marché ouest-africain.  » Paris est la porte de l’Afrique, nous envisageons d’en faire de même pour Tripoli « , confie Sabri S. Abdalla.

Privatisation annoncée

Afriqiyah Airways a été créé le 12 avril 2001 avec un capital de 70 millions de dollars. La compagnie compte ouvrir au privé une partie de son capital en 2003 et totalement en 2005.  » Nous ne doutons pas du succès de notre entreprise. Le marché africain existe et nous attendons beaucoup de touristes français. Avec le départ de la Sabena et la réduction des dessertes d’autres compagnies, nos chances sont plus grandes « , analyse le directeur d’Afriqiyah Airways.

Marché africain. En plus de ses deux vols hebdomadaires Paris-Tripoli, la compagnie libyenne dessert de nombreuses capitales d’Afrique de l’Ouest (Cotonou, Abidjan, Dakar, Niamey, Ouagadougou, Khartoum…). Même si Sabri S. Abdalla s’en défend, Afriqiyah Airways est en train de phagocyter le marché africain. Avec la fréquentation des vols, Tripoli risque de devenir très vite une escale obligée pour l’Afrique de l’Ouest. A la place d’Air Afrique.