La leçon de maquillage : Le Fond de Teint

Nombreuses sont les femmes d’ascendance africaine à la peau foncée ou plus claire qui rêvent d’avoir un teint uniforme. Nous savons toutes que pour obtenir un résultat durable nous devons régulièrement nettoyer et soigner notre peau. Parallèlement, l’option complémentaire du maquillage s’offre à nous, qu’il s’agisse d’une mise en beauté discrète au quotidien ou d’un maquillage sophistiqué pour une soirée. Dans tous les cas, notre fond de teint sera notre meilleur allié pour unifier les différences de coloration que présente très naturellement notre teint.

Aucune des femmes qui affichent un teint d’une perfection déconcertante sur les photos publicitaires des magazines ne le revêtent de par leur naissance. Toutes les personnes à la peau colorée ont un teint avec des disparités. Puisque très souvent, autour des yeux, sur le front et autour de la bouche, nous avons la peau un peu plus sombre que sur le reste du visage, nous devons user de subterfuges pour contre-balancer cet inconvénient. A cela viennent parfois s’ajouter des taches plus foncées d’hyperpigmentation (cicatrices résiduelles d’acné, mélasma, masque de grossesse …) ou des taches plus claires d’hypopigmentation (vitiligo, dépigmentations…). La résignation n’ayant pas sa place ici, nous allons ensemble dédramatiser cette situation.

En fonction du climat sous lequel nous vivons, il nous semble plus ou moins confortable de porter au quotidien un fond de teint. Sur ce point aussi les choses se sont beaucoup améliorées. Les marques nous proposent désormais des textures variées et il est relativement aisé, quel que soit son type de peau et son environnement, de trouver la texture qui convient. Il existe des formules liquides aqueuses (mélange de pigments dans des substances hydrophiles), d’autres sont présentées sous forme d’émulsions ou crèmes légères, d’autres encore sont conditionnées en mousses vaporeuses. Elles respectent la transparence du teint en assurant un fini très naturel. Des formulations plus onctueuses sont compactées en boîtier ou en stick. Elles ont un fini impeccable, sont plus couvrantes et sont mieux indiquées pour « camoufler » toutes les imperfections du teint. Enfin, on retrouve les fonds de teint dits « crème-poudre », présentés en boîtier. Ils permettent en un seul geste d’obtenir le couvrant du fond de teint crème et le fini soyeux de la poudre.

Comment choisir d’une part la bonne texture et d’autre part la bonne couleur ?

Il faut tout d’abord rectifier une idée préconçue. La peau noire est souvent une peau sèche qui manifestera d’autant plus cette caractéristique sous un climat tempéré. Cependant, cette peau est souvent plus lissante que la peau blanche ou certaines peaux asiatiques ; d’où un inconvénient d’ordre esthétique. Cela n’exclut en rien l’incidence de peaux grasses, voire même très grasses puisque d’une façon générale la peau fortement colorée a tendance à sécréter plus de sébum (graisse naturelle de la peau).

Il faut avant tout simplement faire preuve de bon sens. Si la peau est plutôt à tendance sèche et qu’elle ne présente pas trop d’imperfections, un fond de teint liquide ou légèrement crémeux conviendra pour tous les jours. S’il est utile de « camoufler » des imperfections plus significatives, on choisira un fond de teint compact. Cependant si la peau est plus grasse, les textures crémeuses contenant une quantité certaine de corps gras, peuvent moins bien convenir. On leur préférera les formulations « crème-poudre ». Mon conseil est de toujours terminer l’application du fond de teint, quel qu’il soit, par un nuage de poudre libre pour « fixer le fond de peau ». D’ailleurs durant la journée, emportez votre poudre compacte. Elle vous permettra en fonction de la luisance de votre peau d’assurer des retouches pour retrouver la matité. La « perfection » de votre image dépend essentiellement du juste choix de votre fond de teint. Toutefois, il faut savoir que réussir à choisir le bon fond de teint est une course d’obstacles. Ce n’est absolument pas parce que l’on n’a pas « mis dans le mille » la première fois qu’il faut abandonner.

Pour sélectionner la bonne teinte, je vous recommande de choisir trois nuances proches de celle de votre carnation naturelle. Vous vous rendrez compte qu’il existe en général pour la même teinte, une tonalité plus « jaunâtre » (marron-jaune), une plus cuivrée (marron-rouge) et enfin une plus neutre (marron-marron). Pour évaluer la justesse des tons, vous devrez appliquer les trois nuances largement à la base du visage, dans la partie située en-dessous de l’os de la pommette et celui de la mâchoire entre le bas du lobe de l’oreille et la commissure des lèvres. C’est cette partie qui a la couleur moyenne la plus approchante de celle du reste du visage et du décolleté. C’est donc là qu’il faut tester le fond de teint. Il ne faut jamais se contenter de tester une couleur sur le dos de la main, et certainement pas à l’intérieur du poignet, comme le font trop souvent les démonstratrices ou les esthéticiennes formées essentiellement aux conseils sur la peau blanche. Il faut ensuite vérifier à la lumière du jour laquelle des trois nuances convient le mieux et il faut absolument s’assurer que la couleur retenue n’est ni trop rouge ni trop jaune par rapport à votre carnation.

Il est important d’apporter une précision. Il existe des marques spécifiques (Black Up, Iman, Fashion Fair, Naomi Sims, Flori Roberts…) qui nous proposent plus particulièrement des teintes et des textures adaptées. Toutefois, il n’y a aucune exclusivité à choisir notre fond de teint dans ces marques. De nombreuses marques plus généralistes proposent des tonalités qui comblent une majorité d’entre nous du fait du métissage (Clarins, Biotherm, Clinique, Shu Uemura, MAC, Yves Saint Laurent, Dior, Prescriptives, Make Up For Ever…). En outre, il faut savoir que presque toutes les marques de la parfumerie proposent largement aux Etats-Unis et au Canada notamment, des tonalités qui nous sont tout particulièrement dédiées (L’Oréal, Elisabeth Arden, Chanel, Gemey…), tonalités que nous ne trouvons pas encore sur notre zone du marché ! A nous d’être vigilantes et exigeantes en créant une demande explosive de ces références aux comptoirs des parfumeries et des grands magasins. Notre silence, notre manque d’audace et d’exigence en tant que consommatrices nous laissent dans l’oubli. Il faut souvent savoir agir pour ne plus subir. Cette attitude est beaucoup plus constructive pour tous que la plainte !

Comment bien appliquer son fond de tient ?

Il ne suffit pas de bien choisir la bonne tonalité de fond de teint pour réussir à donner au maquillage un magnifique fini velouté. Ce n’est pas si simple ! Le résultat final dépend du mode d’application. Il est important d’appliquer au préalable une bonne base hydratante, pour faciliter le lissage. Même si votre peau est grasse, il ne faut surtout pas escamoter cette étape. Il faut simplement utiliser un hydratant dit « sans corps gras » (oil-free). Voici certaines de mes « clés » en tant que professionnelle. Pour garantir la qualité du fini, appliquer le fond de teint avec une éponge biseautée. Ainsi, on peut mieux atteindre les zones autour du nez et sous les yeux. Pour faciliter l’application, utilisez des éponges en latex, elles permettent au produit de glisser plus légèrement sur la peau. Ces éponges sont peu onéreuses et sont vendues en sacs qui en contiennent plusieurs. Il vous sera aisé d’en changer très souvent, ce qui limitera les risques de prolifération des germes et de contamination. Une dernière astuce : essayez la méthode de la base hydratante colorée en mélangeant sur le dos de votre main votre fond de teint à votre base de maquillage. Vous réussirez ainsi une application tout en légèreté.