La leçon de maquillage : La poudre

Photo Ernest Collins

Les professionnels du maquillage s’accordent à dire que si les femmes n’avaient plus accès qu’à un seul produit de maquillage, elles conserveraient le seul rouge à lèvres. Mais, si nous nous intéressons aux réels besoins des femmes à la peau colorée, nous devons réévaluer cette estimation. L’objectif absolu des femmes à la peau colorée est d’avoir un teint unifié et mat. La peau ne doit briller à aucun prix. Alors, pour les femmes noires si le choix d’un ultime produit de maquillage était à faire, elles choisiraient : la poudre. Son utilisation semble plus confortable surtout pour celles qui vivent sous les tropiques. Elles la saupoudrent simplement sur leur crème de jour, en plus ou moins grande quantité, donnant ainsi à la peau un aspect velouté. De plus, la poudre matifie le teint tout en estompant un peu les imperfections.

Mais, la poudre n’est pas seulement une alternative au fond de teint. Son rôle s’apparente plus à celui du « top coat » qui protège et assure une meilleure tenue au vernis à ongles. Elle est un véritable fixateur qui garantit tenue, matité au fond de teint et stabilise la couleur. Elle doit s’appliquer immédiatement après le fond de teint. Mon expérience de professionnelle me permet d’affirmer qu’indépendamment de ce que les fabricants de cosmétiques peuvent dirent, compte tenu de la particularité de notre peau qui a la fâcheuse tendance de luire en cours de journée, nous devons fixer le fond de teint quelle qu’en soit la texture (fluide, crème ou compact), en poudrant. Même les textures « crème-poudre », qui dans l’absolu sèchent en laissant un fini poudré, apprécient au final un léger nuage de poudre fine.

Poudre libre ou poudre compacte

Les marques nous proposent deux formules de poudre, qui sont d’usage complémentaire. En première option, vous voulez fixer votre fond de teint, votre « arme fatale » sera votre poudre libre. Elle se présente généralement en boîte poudreuse ou en petit pot façon salière. Comme les « pro », préférez un gros pinceau un peu comme un blaireau, avec des poils souples plutôt que la houppe, fusse t’elle en cygne. Le pinceau est facile à laver avec un shampooing doux, l’hygiène y gagne beaucoup ! La règle d’or est qu’il faut travailler la poudre avec parcimonie et tout en légèreté. Personne ne doit vous confondre avec « un quelconque masque mortuaire » ! Voici comment faire. C’est très simple, prenez un peu de poudre avec votre pinceau. Puis, secouez très légèrement votre poignet en tapotant le pinceau sur le bord de la boîte en laissant l’excès éventuel de produit retomber à l’intérieur. Maintenant, vous pouvez appliquer en couche fine le résidu sur le pinceau avec des gestes amples et légers sur l’ensemble du visage en accordant une attention particulière aux angles internes et externes des yeux, les paupières, la racine des cils inférieurs et supérieurs (en fermant bien évidemment les yeux !).

Ne soyez pas surprise si une fois poudrée votre peau est de toute façon plus mate que ce qu’elle n’est en réalité. Il faut tout simplement « laisser vivre votre maquillage ». Accordez vous quelques minutes pour que votre peau retrouve son apparence naturelle. Par contre, Si vous pensez en avoir trop fait, que votre visage vous semble figé dans le miroir, estomper le « trop plein » autant qu’il le faudra avec le pinceau ou tamponner votre visage avec une houppe absorbante. Une autre petite astuce de « Pro », surtout pour les grands soirs ou les photos. Après avoir poudré, vous pourrez vous hasarder à vaporiser à l’aide d’un brumisateur un peu d’eau fraîche sur le visage. Attention ! Il ne s’agit aucunement de mouiller le maquillage, ce qui contribuerait à l’effet contraire.Tout le travail du teint « s’écroulerait ». Il faut tenir le brumisateur face à vous à la distance du bras tendu et très « théâtralement » faire un mouvement bref, rapide et large du coude en périphérie du visage pour qu’une brume humide imperceptible vienne mourir en douceur sur le visage maquillé. C’est en séchant très rapidement que l’eau « fixe », telle une laque pour les cheveux, le fond de teint et son nuage de poudre.

Final touch !

En seconde option, vous voulez « rafraîchir » votre maquillage, car comme beaucoup de femmes noires, votre peau « surgraisse » jusqu’à luire en milieu de journée notamment sur la zone « T » (front, nez et menton). « L’arme fatale II » c’est votre poudre compacte. Cette texture, poudre colorée agglomérée dans des substances liantes, est fabuleuse pour les petites retouches. Elle est plus absorbante que la poudre libre. Elle se présente en boîtier facile à loger même dans le plus petit des sacs. Pour être vraiment efficace, éponger d’abord les parties luisantes avec un mouchoir absorbant, puis poudrez avec la légèreté d’un souffle, en « tamponnant » la houppette du boîtier préalablement imprégnée de produit. Ou plus efficacement encore en libérant un peu de poudre compacte à l’aide d’un pinceau poudre par de petits mouvements circulaires et légers (il existe des pinceaux rétractables comme les rouges à lèvres, parfaits pour le sac). Ensuite, vous faites vos retouches comme s’il s’agissait d’appliquer votre poudre libre. Encore une petite astuce : avoir des serviettes absorbantes jetables à portée de main s’avère être d’un grand secours. Ces petits carrés de papier pré-poudrés sont excellents pour parer à toutes les éventualités (MAC Cosmetics).

Quant au choix de la couleur, tout comme pour le fond de teint, il est important de choisir sa poudre compacte dans une teinte proche de votre carnation (couleur naturelle du teint). Il en va de même pour une poudre libre que vous porterez sans fond de teint, elle unifiera ainsi et réchauffera votre teint. Toutefois, quand vous utilisez votre poudre libre par-dessus votre fond de teint, faites le choix d’une poudre translucide. Elle se fondra avec discrétion à la couleur de votre fond de teint. En tout état de cause, rappelez-vous qu’un beau maquillage doit toujours être réalisé pour mettre en valeur la femme qui le porte. Dans ce cas précis, il n’y a rien de plus désastreux que de revêtir la bonne teinte de fond de teint et de la couvrir avec une poudre qui est cendrée, beige ou trop rouge.