La gestion des services de Yahoo regroupée en Irlande !

A compter du 21 mars prochain, le groupe Yahoo France déménage ses services vers l’Irlande. Une seule division dirigera les services d’Afrique, d’Europe et du Moyen-Orient, et sera basée à Dublin, en Irlande.

A compter du 21 mars prochain, le groupe Yahoo France déménage ses services vers l’Irlande. Une seule division dirigera les services d’Afrique, d’Europe et du Moyen-Orient, et sera basée à Dublin, en Irlande. Elle sera soumise au droit Irlandais et n’aura plus à rendre de comptes à la Cnil Française.

Yahoo! France ne sera plus basé dans l’hexagone à Paris, mais sera situé en Irlande au sein de Yahoo! EMEA, une seule entité qui regroupera les pays africains, européens et du Moyen-Orient. Les contrats des utilisateurs Français des services de Yahoo Mail, Yahoo Messenger ou encore Flickr vont donc migrer à Dublin. Le groupe indique être en total accord avec les diverses taxes des pays et respecter les lois locales. Les utilisateurs qui refusent que leurs données soient envoyées en Irlande devront simplement fermer leurs comptes avant le 21 mars 2014.

Le groupe Yahoo! va donc modifier ses conditions générales d’utilisation (CGU) et sa politique de vie privée. les utilisateurs de comptes ou de services Yahoo! seront invités à accepter ces nouvelles règles. S’ils ne les acceptent pas, ils devront tout simplement clôturer leur compte Yahoo!. Au niveau des nouvelles règles de vie privée, il est indiqué que Yahoo! peut accéder, conserver et divulguer vos informations personnelles et votre contenu à ses sociétés partenaires afin de mieux vous servir.

Il se dit que que Yahoo! veut suivre l’exemple de Google afin d’être moins taxé, d’autant plus que l’Irlande est connectée aux Iles Caïman, un paradis fiscal. En outre, en se basant en Irlande, Yahoo! ne sera plus soumis aux lois de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), plutôt à celles de l’Irlande, bien moins contraignantes qu’en France. Surtout que la CNIL vient de condamner la société Google à 150 000 euros d’amende pour manquements à la loi « informatique et libertés ».