La gestion des équipes nationales : Le regard d’Elevages sans frontières

Pour s’approcher de l’idée selon laquelle l’aide au développement ne doit plus être « imposée » aux populations bénéficiaires, les ONG du « Nord » cherchent à redéfinir leurs relations avec associations du « Sud » à travers notamment le « renforcement des capacités » des populations bénéficiaires. Concrètement, cette conception peut se caractériser par le recrutement de personnels nationaux.

Depuis sa création en 2001, l’association de solidarité internationale Elevages sans frontières travaille sur le terrain uniquement avec des équipes nationales. Ce choix n’est pas anodin : il implique une manière concrète de penser l’aide au développement. Il participe à la volonté de valoriser les capacités des populations nationales et répond aux besoins de réussite et d’éthique de l’ONG.

Dans ce cas de figure, c’est ce personnel local qui assure le contact avec la population environnante. Il fournit les informations pertinentes mais, au-delà de la gestion courante, il participe à la pérennité de la structure et constitue la mémoire vivante des projets là où les expatriés se succèdent. Autrement dit, de par son « savoir faire » et son « savoir être », il permet à l’ONG de s’intégrer plus facilement et positivement sur son terrain d’action. Au quotidien, le choix d’équipes uniquement nationales implique un exercice permanent de travail collectif et une adaptation de la part de tous, tant au siège que dans les antennes. La gestion de cette interculturalité à distance consiste à multiplier les échanges directs et les déplacements.

Ainsi, Elevages sans frontières cherche de plus en plus à développer les échanges directs et les rencontres pour valoriser le travail et les idées de chacun. L’association instaure ainsi cette année une rencontre annuelle entre les équipes nationales. Ce rendez-vous permettra à tous de mieux prendre conscience de la dépendance des uns vis-à-vis des autres, de mettre en commun les expériences et de renforcer la cohésion entre les pays. L’enjeu est important alors que l’association marque ses 10 ans d’activités et souhaite faire participer ses équipes à l’élaboration du nouveau plan stratégique. La première rencontre aura lieu à Lille du 4 au 9 avril 2011.

Cet article est disponible dans sa totalité sur notre site à cette adresse :