La furie incendiaire se poursuit au Burkina Faso

Pas de répit au Burkina Faso, au lendemain de l’adresse à la Nation du Président Blaise Compaoré. Les élèves de Tenkodogo, localité située à 180 km au Centre-Sud de Ouagadougou, réclamant justice pour Justin Zongo, un élève mort dans des conditions suspectes, s’en sont pris ce jeudi matin, aux symboles de l’Etat et aux biens de quelques dignitaires du régime Compaoré originaires de la région. Dans une furie incendiaire, les manifestant ont saccagé et brûlé le Haut-commissariat, les résidences du Gouverneur de la région et aussi celles du chef de la diplomatie burkinabè, Alain Bédouma Yoda et Marie-Odile Bonkoungou, le ministre de l’Education nationale. Ils ont aussi incendié le siege local du Congres pour la Democratie et le Progres (CDP), le parti au pouvoir. Mercredi, au cours de son intervention radiotélévisée, Blaise Compaoré déplorait « les nouvelles pratiques de revendication qui consistent à s’attaquer aux symboles de l’Etat, à détruire systématiquement les biens publics et privés », ce qui disait-il « constituent une dénégation de la tradition de lutte qui a traversé les générations passées ». A l’occasion, il appelait à « un sursaut de la part des forces politiques et sociales empreintes de patriotisme et de civisme, afin que le respect de la République et du patrimoine commun soit davantage enraciné. » Selon toute vraisemblance, cela n’a pas été entendu par les scolaires de Tenkodogo.