La France et le Sénégal signent un accord sur « l’immigration concertée »

Le ministre français de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy et son homologue sénégalais, Ousmane Ngom, ont procédé samedi à Dakar, à la signature d’un accord bilatéral sur la gestion
concertée des flux migratoires. « l’immigration concertée » remplace « l’immigration choisie ».

« Avec cet accord, ce sont les deux parties qui vont décider désormais du profil du migrant à favoriser pour le voyage en France », a expliqué le ministre français de l’Intérieur avant d’ajouter que l’initiative fait suite à la volonté exprimée du président sénégalais, Abdoulaye Wade, le 24 mai à Paris, de voir les autorités africaines associées dans l’élaboration des politiques européennes de l’immigration, ainsi qu’à l’adoption de la loi française sur « l’immigration choisie », le 24 juillet 2006.

Il a précisé que l’accord sur « l’immigration concertée » offre d’office des facilités d’accès au visa pour les étudiants et les cadres supérieurs sénégalais désireux de faire des études ou de se perfectionner en France, dans la perspective d’un retour assuré dans leur pays d’origine.

« Il est fondamental, pour nos deux pays, de lutter contre le pillage des cerveaux, la fuite des compétences et des talents du Sénégal, en facilitant une migration de mobilité, permettant à des étudiants, à des professionnels de tout niveau, de venir en France se former dans
la perspective de revenir au bercail pour participer au développement de leur pays », a déclaré M. Sarkozy.

Aides au développement et au Retour

D’autres volets essentiels de cet accord, pour la France, visent à aider au développement économique et social du Sénégal à travers des financements dans le domaine de l’agriculture, notamment par le biais du plan dit de Retour des émigrés vers l’agriculture (Reva), lancé en novembre dernier par le gouvernement sénégalais, ainsi que dans les
secteurs de la pêche, de la santé et des micro- projets de
développement.

Le projet de création d’un observatoire sur l’immigration à Dakar, est également prévu dans l’accord conjoint sur les flux migratoires signé entre le Sénégal et la France.

Le ministre français, Nicolas Sakozy, arrivé à Dakar samedi après-midi, s’est d’abord rendu sur la tombe du père de l’indépendance du Sénégal, Léopold Sédar Senghor et défendra son texte de loi sur « l’immigration choisie » chez le président Wade qui le recevra avant son retour à Paris dans la soirée.