La France accusée d’avoir longtemps trompé le Maroc

Le Président Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI
Le Président Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI

La France est accusée d’avoir trompé le royaume du Maroc, dans leurs relations bilatérales. C’est ce qu’a affirmé Driss Lachgar, qui a en outre révélé que l’Hexagone prétendait soutenir le royaume chérifien.

Les réalisations au Maroc au cours des dernières décennies ont placé le pays dans une position d’égalité avec l’Europe. C’est l’avis du leader politique qui précise que l’Europe refuse d’accepter cet état de fait. Driss Lachgar a remis en cause les relations bilatérales entre le Maroc et la France. C’était lors de la journée d’étude organisée par le groupe socialiste, à la Chambre des Représentants.

« La France trompait le Maroc en prétendant le soutenir »

« Notre destin dans cette situation stratégique est de faire face à l’Est, au Sud et au Nord pour la défense de notre vraie cause nationale ». C’est ce qu’a déclaré le premier secrétaire du parti l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) en marge des travaux. L’avocat et homme politique marocain, relève Bladi, n’a pas omis de revenir sur les fondements des partenariats entre le Maroc et certains pays européens.

En plus d’avoir rappelé que les premières négociations avec l’Espagne portaient sur des produits agricoles, il a indiqué que certaines nations ne comprenaient pas le projet de développement du Royaume. Selon lui, c’est le cas notamment de l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Pour ce qui est de la France, Lachgar est formel : l’Hexagone trompait le Maroc en prétendant le soutenir.

Adopter une ligne de défense de la cause nationale

L’homme politique affilié à un parti de gauche a appelé à une réflexion sur les relations entre le Maroc et l’Europe. Mieux, il invite ses concitoyens à adopter une ligne de défense de la cause nationale marocaine. Cette journée d’étude organisée jeudi portait principalement sur la question du Sahara Occidental. Notamment les différents acquis réalisés par le Maroc dans la gestion de ce conflit vieux de 47 ans.

Et selon Hayat Laaraich, députée de l’USFP, « le conflit artificiel autour du Sahara marocain a connu des développements positifs sur la scène internationale grâce à la Haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et aux efforts déployés conjointement par les diplomaties officielles et parallèles ; ainsi qu’au soutien populaire permanent et continu ».

Lire : La France cherche à attirer les médecins africains