La Fifa veille sur ses fonds

La Fifa a suspendu son aide aux Fédérations somalienne et burundaise de football jusqu’à nouvel ordre, l’une comme l’autre s’étant montrées incapables de justifier l’utilisation des fonds qui leurs sont alloués par l’organisme international. Un coup dur pour des structures déjà bien endettées.

Les Fédérations de football somalienne (FSF) et burundaise (FBF) ont vu leurs fonds auprès de la Fédération internationale de football (Fifa) gelés  » jusqu’à nouvel ordre « . Dans le cadre du Programme d’assistance financière (Paf), créé en 1997 et lancé en 1999, la Fifa octroie tous les quatre ans un million de dollars aux fédérations nationales de football et 10 millions aux six Confédérations de la planète. En veillant particulièrement à leur bonne utilisation. Au cours d’audits réalisés pour la période 1999-2001, la FSF a été incapable de prouver comment 84% du million de dollars accordé par l’organisme international ont été dépensés. Pour la même période, 114 000 dollars ont disparu des comptes de la FBF. Les sanctions prises par la Commission des Finances de la Fifa, le 21 février dernier, ne font qu’empirer la situation fragile des structures sportives nationales africaines. Exemple : le Burundi.

 » La FBF ne pourra plus fonctionner « 

La FBF, qui croulait sous les dettes avant même la sanction de la Fifa,  » ne pourra sans doute plus fonctionner, selon l’un de ses responsables, puisque son budget était essentiellement constitué des fonds de la Fifa « . Le championnat national burundais en crise ne remplie plus les stades et ne peut donc remplir les caisses de la Fédération. Résultat, son  » personnel n’est plus payé depuis six mois « .

La situation de l’organisme burundais est si catastrophique que son président a du faire une demande d’aide exceptionnelle de 49 000 $ auprès des instances de la Fifa. Les projets d’infrastructures, de participation à des compétitions internationales, de développement du football … que permettaient les fonds du Programme d’assistance financière sont donc oubliés.

Au détriment des joueurs

Les principales victimes des sanctions prises par la Fifa sont les acteurs locaux du ballon rond qui ont commencé à lutter contre les agissements de leurs responsables bien avant les officiels de Zurich.  » Les clubs nationaux n’ont joué que les matchs aller de la saison 2002 et refusent de démarrer la saison 2003 tant que le bureau fédéral de la Fédération, accusé de mauvaise gestion et de détournement de fonds, ne sera pas remplacé « , explique un membre de la FBF. Une réunion des autorités sportives burundaises tenue le 1er février dernier à Bujumbura, en présence d’un représentant de la Fifa, a conclut à la nécessité pour la FBF de  » réactualiser ses statuts et d’organiser de nouvelles élections « . Mais la réaction au sommet se fait attendre.  » Les sept membres du Bureau fédéral ont même été assignés en justice par des présidents de clubs, assure-t-on à la FSF, mais les décisions n’ont pas encore été rendues « .