LA FABRIQUE DE L’HISTOIRE – L’Afrique du Sud : un des laboratoires du XXème siècle

En prévision de la Coupe de Monde de football qui se déroulera à partir de juin en Afrique du Sud, La Fabrique de l’Histoire a décidé de s’intéresser à ce pays comme un des laboratoires politiques du XXème siècle.

En effet l’Afrique du Sud a été tout au long du siècle dernier un lieu d’expérimentation de quatre nouvelles formes politiques : le camp de concentration y a été inventé pendant la guerre des Boers au début du siècle, Gandhi a théorisé et développé son principe de désobéissance civile lorsqu’il a séjourné en Afrique du Sud entre 1893 et 1915, la ségrégation raciale s’est vue instituée au niveau politique autour du concept inédit de l’apartheid ; enfin, la Commission Vérité et Réconciliation s’est tenue à la fin des années 1990 autour de la notion de pardon collectif.

Certaines de ces nouvelles formes politiques ont été ensuite exportées et ont servi de modèles dans de nombreux pays du monde : le principe des camps de concentration a été poussé à l’extrême pendant la seconde guerre mondiale, Gandhi a diffusé la désobéissance civile et la non-violence en Inde, des Commissions Vérité et Réconciliation ont eu lieu sur le modèle sud africain au Pérou notamment …

Il s’agit donc de s’interroger sur le rapport qu’entretiennent ces expérimentations avec le statut géographique périphérique de l’Afrique du Sud : s’agit-il d’un laboratoire de modèles politiques pour le monde ? Quelle place tient l’Afrique du Sud au niveau mondial ?

Cette première émission est consacrée à l’invention des camps de concentration à la toute fin du XIX ème siècle.

La Fabrique s’est rendu à Bloemfontein et à Kimberley, au centre du pays. Bloemfontein a été le lieu du principal camp pendant la guerre des Boers : de nombreux femmes et enfants noirs et boers y ont été internés par l’armée britannique où ils sont morts de malnutrition. Un monument, le National Women’s Memorial leur rend hommage ; on trouve également un peu à l’extérieur de la ville un musée de la Seconde Guerre des Boers qui évoque les camps. C’est aussi le lieu où se trouvent les cendres de la britannique Emily Hobhouse qui a visité les camps et a été particulièrement choquée par ce qu’elle a découvert ; de retour en Angleterre elle a essayé d’alerter l’opinion publique de l’existence de ces camps et des conditions de vie au sein de ceux-ci.

Que les camps de concentration soient une invention britannique du début du siècle est un fait plutôt méconnu, qui illustre bien l’aspect « laboratoire » périphérique des puissances européennes. D’autant qu’aujourd’hui le contexte sud-africain permet la redécouverte d’un sujet négligé jusqu’alors : l’existence de camps de concentration pour les Noirs sud africains

Avec Elria Wessels,spécialiste des camps de concentration pendant la guerre des Boers, Stief Lunderstedt, spécialiste de la guerre des Boers, Abraham Seketi, historien des Noirs dans la guerre des Boers, Aidan Forth, auteur d’une thèse sur le sujet et Jonathan Hyslop, professeur à l’Université de Wits (Johannesburg).

Plus d’information sur le site de l’émission