La diaspora africaine en Europe crée un Collectif anti-APE

Une vingtaine de responsables d’associations africaines ont mis sur pied, à Paris, un « Collectif anti-APE » pour réunir les conditions de la mobilisation afin de faire part de la désapprobation de la diaspora et de tous les citoyens du monde aux Accords de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne et l’Afrique.

Le « Collectif anti-APE » indique dans un communiqué dont copie a été transmise vendredi à la PANA, que « ces accords sont néfastes pour l’Afrique et ne seront porteurs d’aucune croissance économique, d’aucun progrès comme le croient certains apprentis sorciers de la mondialisation à tout va ».

Les membres et acteurs de la diaspora africaine en France et en Europe seront présents à Bruxelles le 12 janvier 2008 devant le siège de la Commission européenne pour dénoncer ces nouveaux accords de partenariat économique « qui signifient la mort programmée de l’Afrique ».

Ils appellent plutôt à un véritable partenariat fondé sur le commerce équitable et le co-développement.

« Le co-développement est le moteur qui peut permettre de garantir des progrès économiques à l’Afrique pour le plus grand profit de l’Europe, la paix et la stabilité dans un monde meilleur. Pour un véritable partenariat fondé sur la solidarité des peuples d’Afrique et d’Europe, le respect mutuel et le développement. C’est un projet de civilisation », souligne le communiqué.

L’idée de la mise sur pied du Collectif a germé à l’issue d’une rencontre de certains de ses animateurs avec le président sénégalais, Abdoulaye Wade, à la résidence de l’ambassadeur du Sénégal dans la capitale française. Elle a été concrétisée le vendredi 21 Décembre à la Bourse du Travail de Paris.

Le « Collectif anti-APE » est coordonné par Sidi Tidiane Guèye, président de la Fédération des travailleurs africains en France (FETAF).