La dernière séance de Farid Chopel

Farid Chopel a rendu son dernier souffle dimanche à Paris. Un cancer, qui lui avait été diagnostiqué il y a quatre semaines, ne lui a laissé aucune chance. De ce comédien et chanteur français, né de parents algériens, le public se souviendra sans doute de ses one man-shows et de ses rôles dans des films à succès comme Sac de Nœuds ou La Vengeance du Serpent à Plumes.

Ged Marlon voulait que son compère Farid Chopel remonte sur les planches, mais le cancer ne lui en a pas laissé le temps. Farid Chopel « nous a quittés à 16h30 des suites d’un cancer foudroyant », a révélé son attachée de presse, Michelle Traverse. Le comédien s’est éteint dimanche à l’hôpital Cochin de Paris, où son mal avait été diagnostiqué il y a quatre semaines. Il n’avait que 55 ans.

Le succès des années 80

Ce chanteur à la silhouette dégingandée est né dans la ville lumière le 4 décembre 1952. Une enfance modeste passée dans une petite chambre d’hôtel meublée du 18e arrondissement de Paris avec sa mère et sa grand-mère. Pas tous les jours facile, mais le garçonnet né de parents algériens a gardé un bon souvenir de cette époque. Après une scolarité chez les frères, il se forme dans les années 70 au théâtre gestuel expérimental.

Farid Chopel connaît ses premiers succès avec des one man-shows. Chopelia (1978) et Les Aviateurs (1981), co-écrit avec Ged Marlon, séduisent le public et brisent son anonymat. Sa réputation se trouve renforcée par ses rôles dans des films à grand public comme La Femme de mon pote (1983) de Bertrand Blier, La Vengeance du Serpent à Plumes (1984) de Gérard Oury, L’Addition de Denis Amar et Sacs de Nœuds (1985) de Josiane Balasko.

Il se livre sur les planches

Les années 90 sont moins fastes pour l’auteur-interprète de pièces, qui jongle entre alcool et drogue. Une traversée du désert qui ne rend que plus savoureux son retour sur les planches pour son one man-show autobiographique Le pont du Milieu, qui reçoit un bel accueil malgré le manque de promotion. Deux ans après ce spectacle intimiste, Farid Chopel publie Et je danse encore (Editions Privé), qu’il a coécrit avec Brigitte Morel, sa compagne et ancienne danseuse de l’Opéra de Paris.

Plus récemment, Farid Chopel avait joué dans le film C’est beau une Ville la Nuit (2006) de Richard Bohringer. Le comédien devrait bientôt faire une dernière apparition sur le grand écran dans Un si Beau Voyage de Khaled Ghorba. Une histoire dans laquelle il campe un immigré tunisien à la retraite qui vit dans son foyer et espère couler ses vieux jours au pays.