La dérégulation, une solution possible

La dérégulation s’envisage pour les opérateurs africains d’Internet comme une solution pour le développement de ce médium en Afrique.

Les opérateurs africains réunis, en septembre, au Nigeria dans le cadre du salon africain sur les nouvelles technologies, AFRINET se sont prononcés en faveur d’une dérégulation du secteur de la communication. Ceci ayant été jugé primordial pour son développement.

C’est du moins ce que rapporte Jono Craig, un consultant en solutions informatiques dans le Financial Gazette, un journal zimbabwéen.

De fait les infrastructures en télécommunications ont besoin de capitaux privés pour être étendues, ne serait-ce que celles concernant l’extension des réseaux utilisés pour les téléphones mobiles.

Une multiplicité de challenges

Plus prosaïquement, il s’agit de rapprocher Internet de son utilisateur potentiel. Les challenges liés au développement d’Internet en Afrique, à ce titre, sont divers. Il faut de fait intéresser les populations à l’Internet et les initier à l’utilisation des ordinateurs. C’est le parti pris par l’Union internationale des télécommunications (ITU), qui s’attelle à développer des centres de télécommunications en milieu rural dans certains pays africains.

Une initiative originale, émanant aussi de l’ITU, est celle de mettre en place des systèmes de soins médicaux en ligne. Une façon de faire bénéficier les populations évoluant sur des sites reculés de profiter, et du progrès médical et du progrès technologique.