La danse selon Alphonse Tiérou

La danse africaine tient son chercheur et son philosophe. Il s’appelle Alphonse Tiérou. Analysant pendant plus de 15 ans les différentes pratiques de la discipline sur tout le Continent, il a porté et apporté un nouveau regard sur l’esthétique et les danses africaines. Un site permet de découvrir sa démarche.

Les danses africaines constituent une formidable et vivante mémoire collective mais sont souvent peu ou mal connues, entachées de clichés à la peau dure. Alphonse Tiérou, chorégraphe et chercheur en danse africaine d’origine ivoirienne, a analysé pendant plus de 15 ans les danses du Continent, dans pratiquement tous les pays. Un site permet de découvrir son parcours novateur et passionnant.

Car Alphonse Tiérou a été le premier à reconnaître des mouvements de base communs à toutes les danses africaines, à identifier un mouvement (qu’il a baptisé  » dooplé « ) qui permet tous les autres, et à élaborer, en 1983, un vocabulaire spécifique pour caractériser les autres mouvements de base.

Centre Dooplé

Consultant à l’Unesco pour la Recherche sur la danse en Afrique de 1988 à 1996, il a écrit plusieurs livres et organisé des expositions sur le sujet. En 1995, il lance les premières Rencontres de la création chorégraphique panafricaine de Luanda. Formateur en danse africaine traditionnelle et contemporaine (cours théoriques et pratiques) pour des danseurs et chorégraphes africains, il a également créé un Centre de formation, de ressources, de pédagogie et de recherches sur la danse africaine, à Paris. Le Centre Dooplé.

Le site rassemble donc toutes ces initiatives, ainsi qu’une biographie, une bibliographie et une impressionnante revue de presse. La phrase de Léopold Sédar Senghor (tirée de son livre, Le nouveau ballet Négro africain) pourrait lui servir d’exergue :  » Je me rappelle de ma mère, quand je suis venu lui annoncer mon premier succès universitaire. Elle n’a pas parlé, elle n’a pas crié, elle n’a pas pleuré. Elle s’est mise à danser lentement et avec grâce, le visage rayonnant de joie « .

Visiter le site .

Centre de Ressources, de Pédagogie et de Recherches pour la création africaine

Centre de Formation en danse africaine

9 allée des Vergers – 75012 Paris

Lire aussi :

La danse et la sculpture africaines au diapason de la vie.