La Côte d’Ivoire vise l’Amérique

La Côte d’Ivoire espère faire partie de la prochaine liste des pays africains bénéficiaires de l’Agoa, la loi américaine facilitant l’entrée des produits africains sur le marché américain. Le pays est confiant.

 » Notre dossier d’éligibilité à l’Agoa est solide. Nous avons entre le 15 octobre et le 31 décembre pour le présenter « , explique Guy M’Bengue, coordinateur de l’Association pour la promotion des exportations de Côte d’Ivoire (APEX-CI). L’Agoa c’est la Loi sur la Croissance et les possibilités économiques en Afrique, introduite au Congrès américain il y a 5 ans. C’est un accord commercial unilatéral entre les Etats-Unis et l’Afrique subsaharienne qui favorise l’accès au marché américain à 48 pays du Continent avec des conditions préférentielles.

Chaque année, une liste des pays répondant aux critères d’éligibilité à l’Agoa est publiée. Ces critères sont, entre autres, une économie de marché, une bonne gouvernance, le respect des droits de l’homme et des travailleurs, l’équité de l’appareil judiciaire et le bon fonctionnement des entreprises. La Côte d’Ivoire ne figurait pas sur la liste des 35 pays éligibles à l’Agoa lors de la dernière sélection opérée en 2000, à cause de la situation socio-politique instable prévalant sous la transition militaire.

Desk USA

Cette année, le pays a voulu mettre toutes les chances de son côté. La Côte d’Ivoire a créé en juillet dernier le Desk USA.  » Nous avons voulu donner un signe fort aux décideurs américains de notre volonté et notre implication à commercer avec les Etats-Unis et surtout créer un environnement économique favorable à la mise en oeuvre de cette loi « , explique Guy M’Bengue.

Les enjeux, qu’ils soient économiques, commerciaux, technologiques ou financiers, sont énormes pour la Côte d’Ivoire.  » L’éligibilité de la Côte d’Ivoire et la mise en oeuvre de l’Agoa créeront un choc positif sur l’économie ivoirienne. Elles contribueront à une meilleure intégration au phénomène de la mondialisation et favoriseront la réduction de la pauvreté « , poursuit le coordinateur.

La Côte d’Ivoire se situe au 8ème rang au niveau des échanges commerciaux entre les USA et l’Afrique. Ses exportations s’élèvent en moyenne à 340 millions de dollars par an.  » Ce montant est appelé à croître considérablement si le pays était éligible à l’Agoa « . Le marché américain offre des perspectives très intéressantes pour le secteur textile ivoirien notamment.

Pour Guy M’Bengue,  » les perspectives sont bonnes « . Il est vrai que l’accès à un marché américain de 10 billions de dollars en fait rêver plus d’un. Rendez-vous en décembre.