La Côte d’Ivoire lance « la danse de la grippe aviaire »

En Côte d’Ivoire, la grippe aviaire n’est plus seulement une maladie. Elle est aussi devenue une danse imitant les mouvements d’un poulet à l’agonie. Cette initiative amusante, promue par DJ Lewis et l’ambianceur Bédel, a pour but d’éloigner la psychose qui s’est emparée des Ivoiriens depuis l’annonce de l’apparition du virus H5N1 sur le continent africain.

Mais où s’arrêteront les Ivoiriens ? On connaissait la Prudencia (la danse de l’homme prudent) ou la danse de la moto, le Coupé-décalé, le décalé-chinois ou encore le Guantanamo. Et voilà que l’on observe maintenant dans les discothèques de la capitale Abidjan des danseurs qui se tortillent comme des poulets en phase terminale de la grippe aviaire. Ce n’est pas un symptôme jusque-là inconnu du virus H5N1, dont les premiers cas avérés du pays ont été confirmés par le gouvernement le 3 mai dernier. Il s’agit de la nouvelle danse à la mode : la danse de la grippe aviaire.

DJ Lewis se présente comme le créateur de ce nouveau mouvement. « J’ai créé la danse lorsque le premier cas de grippe aviaire a été enregistré au Nigeria, raconte-il. Tous les Ivoiriens étaient effrayés, même nous. En vu de ça, j’ai réfléchi sur cette maladie qui risquait à tout moment d’arriver en Côte d’Ivoire et j’ai voulu mettre au point un concept alliant le nom de la maladie et la danse. » L’idée de génie, il l’a eu non pas dans une basse-cour, mais sous sa douche : « J’ai fait tomber le savon et en voulant le ramasser, j’ai fait un geste qui ressemblait au poulet. J’ai ensuite essayé de reproduire ce geste trois ou quatre fois et j’ai trouvé ».

DJ Lewis caquette, montre comment se mouvoir

Depuis, le jeune homme de 22 ans ambiance les soirées à coups de « On lève les mains, allez ! Grippa ! ». Il va même jusqu’à imiter le caquètement de la poule et imiter le visage agonisant de la volaille. Loin de prendre son rôle d’animateur à la légère, il anime les nuits en montrant à ses « admirateurs » comment se mouvoir. « Les hommes n’ont pas de grosses fesses comme les femmes, ils dansent à leur manière. Mais les femmes dansent en séduisant les hommes, elles font trembler les fesses », décrit Lewis Nemlin-Gnepa, de son vrai nom. Sur une vidéo disponible sur le site Abidjan Show, on voit la frénésie qui s’empare des corps qui tentent vainement de s’envoler, haussant les épaules, agitant les avant-bras et levant une patte… pardon, une jambe. Chez les femmes, ça bal-hanche pas mal, elles secouent vivement les reins de gauche à droite. La tête aussi.

Amusant à voir, l’objectif de cette nouvelle danse est on ne peut plus sérieux. « Je voulais éloigner la peur de la grippe aviaire, la faire oublier. Du temps de nos ancêtres, les féticheurs et les marabouts se rassemblaient et dansaient pour chasser la maladie. Je ne peux pas chasser la grippe aviaire, mais j’espère donner de la joie au lieu de la peur », explique DJ Lewis, rappelant que ce sont les disc jockeys qui ont remonté le moral aux gens depuis que la crise a éclaté en 2002. De la joie, et de l’information. Entre deux caquètements, celui qui assure manger du poulet essaie de « conscientiser » la foule : « Je dis de ne pas manger la tête, les pattes, de ne pas broyer les os, de bien cuire le poulet… »

Qui a créé « la danse de la grippe aviaire » ?

Plusieurs médias du pays, mais aussi étrangers, interviewent le « créateur du coupé-décalé malien, nigérien et wolof » sur sa « danse du poulet grippé ». Mais est-il véritablement le père de cette danse des canards remasterisée ? DJ Lewis l’affirme sans ambages. Mais un certain Bédel, apparemment connu dans le milieu abidjanais de la nuit, l’aurait devancé de quelques mois. « Avant que la grippe aviaire n’arrive, Bédel avait inventé le ‘jerkè’ il y a pratiquement un an. Quand la maladie s’est déclarée, je lui ai demandé de promouvoir sa danse et il a changé le nom en ‘danse de la grippe aviaire’ », raconte Angelo Kabila. Le manager du fameux groupe ivoirien Magic System ajoute que le jerkè se « danse avec les bras tendus sur le côté, le cou penché à droite ou à gauche avec le mouvement du poulet à l’agonie ».

Nous n’avons pas pu joindre Bédel, mais Angelo Kabila a souligné que l’objectif était d’« attirer l’attention des dirigeants sur la grippe aviaire et de pousser à la consommation de poulet par le biais d’un moyen culturel, vu que la culture est très importante en Afrique ». Le manager estime que DJ Lewis « a conscience qu’il n’est pas le créateur de la danse. Il en est peut-être le premier promoteur ». DJ Lewis clame de son côté : « Ça doit être une rumeur. Je ne connais pas Bédel et je pense que 75% des gens savent que je suis le créateur de ‘la danse de la grippe aviaire’ ». Une vraie querelle de basse-cour.

Voir la vidéo sur Abidjan Show