La Côte d’Ivoire candidate pour la Can 2006

Candidate à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football (Can) 2006, la Côte d’Ivoire multiplie les opérations de charme auprès de la Confédération africaine de Football (Caf) et les médias.

La Côte d’Ivoire veut s’offrir  » sa  » grande messe de football africain, vingt-deux ans après avoir suppléé à la dernière minute le Malawi en accueillant la Can. A Abidjan, les petits plats sont mis dans les grands pour faire du dossier ivoirien, une candidature gagnante.

Un comité de pilotage présidé par Roger Ouégnin, avocat émérite et ex-président de l’ASEC Mimosas d’Abidjan, a été nommé par le gouvernement ivoirien. Composé d’une dizaine de membres, il travaille d’arrache-pied depuis près d’un an pour se donner toutes les chances de gagner.  » Notre mission est de mener toutes les actions pour aboutir au choix de la Côte d’Ivoire « , nous a confié Me Roger Ouégnin, qui ne doute pas que la partie sera difficile. En plus de la Côte d’Ivoire, quatre autres pays sont candidats. Le Sénégal, la Libye, l’Algérie et l’Egypte postulent également à l’organisation de la CAN 2006.

Dossier bien ficelé

A deux mois du verdict de la Caf, le comité de pilotage a dévoilé quelques éléments de son dossier à la presse. Il propose sept sites pour accueillir les équipes qualifiées : Abidjan, Bouaké, Korhogo, San-Pedro, Gagnoa, Abengourou et Yamoussoukro. Le cahier des charges parle de quatre sites minimum et de six maximum.  » Nous nous sommes donnés une marge de manoeuvre en proposant sept villes « , explique Roger Ouégnin qui compare sa mission à un match de football.  » Nous devons occuper tous les compartiments de jeu, faire circuler le ballon et surtout marquer plus de buts que nos adversaires.  »

Conscient que le choix de la Caf ne se fera pas que sur le nombre des sites proposés, le président du comité de pilotage du dossier ivoirien est allé la semaine dernière au Caire (siège de la Caf) pour apporter des éléments complémentaires. Des garanties sur la rénovation des infrastructures routières et hôtelières, la reprise des activités de la compagnie Ivoire Air et la longue tradition sportive des Ivoiriens ont été rajoutés au dossier.

Verdict en septembre

Depuis la Can 98, organisé au Burkina Faso, le choix du pays d’accueil ne se fait plus par vote des associations nationales de football. Les pays candidats produisent un dossier qu’ils viennent défendre ensuite devant le comité exécutif de la Caf. Pour la Caf 2006, c’est en septembre prochain que les onze sages de la Caf se prononceront. Dans cette course à cinq, si le dossier ivoirien semble techniquement bien ficelé, il est cependant lesté par un climat politique encore délétère.