La Côte d’Ivoire a sa liste électorale

La liste électorale provisoire est enfin disponible en Côte d’Ivoire. Prévue initialement le 15 septembre dernier, elle a finalement été livrée dans une boîte noire jeudi au Premier ministre ivoirien, Guillaume Soro. Cette publication marque une étape cruciale en vue de la présidentielle prévue le 29 novembre.

Ils seraient plus de 6,3 millions, sur une population estimée à près de 20 millions d’habitants, à pouvoir voter lors de la présidentielle du 29 novembre. La liste électorale provisoire a été remise jeudi au Premier ministre Guillaume Soro par le groupe français Sagem chargé, avec l’Institut national de la statistique, de son contrôle et de sa certification. Selon le quotidien gouvernemental ivoirien Fraternité matin, ce document a « validé plus de 2,6 millions de personnes figurant sur le fichier historique, établi 904 800 nouveaux Ivoiriens et plus de 49 700 étrangers et 2,7 millions de personnes ne se trouvant nulle part dans les fichiers historiques ».

La liste sera rendue publique après la validation de la liste provisoire par le président Gbagbo, qui devrait en prendre connaissance lundi, et par les partis politiques qui peuvent légalement la contester. Le fichier validé sera ensuite rapidement mis sur la Toile, avant d’être imprimé, distribué et affiché dans tous les centres d’enrôlement de Côte d’Ivoire, dans la perspective du premier tour de la présidentielle, prévu le 29 novembre prochain. Dans le même temps, les Ivoiriens recevront leurs cartes d’identité et d’électeurs.

Une étape décisive

La disponibilité de la liste électorale devrait rassurer le Conseil des Nations unies. Dans un communiqué publié mardi dernier, l’Onu avait « fait part de sa préoccupation face au retard de la publication des listes électorales ». La commission électorale n’avait pas pu respecter la date limite du 15 septembre en raison, selon elle, de moyens financiers insuffisants et de problèmes logistiques.

Plusieurs fois ajournée depuis la fin du mandat du président Gbagbo en 2005, l’élection à venir est censée mettre fin à la crise politico-militaire que connaît la Côte d’Ivoire depuis 2002, suite au coup d’Etat manqué de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) dirigée par Guillaume Soro.