La Côte d’Ivoire a repris sa place économique

La France a accordé ce vendredi une aide de 120 milliards de F CFA à la Côte d’Ivoire. Dano Djedjé Sébastien, ministre chargé des relations avec le parlement et les autres institutions, explique le retour, sous fond de réconciliation nationale, des grands bailleurs de fonds du pays. Interview.

La Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), l’Europe et maintenant la France ont relancé leur aide économique auprès de la Côte d’Ivoire. Charles Josselin, ministre français de la Coopération et Laurent Fabius, ministre de l’Economie et des Finances, ont signé ce vendredi une aide de 120 milliards de francs cfa (183 millions d’euros) à Abdidjan. Dano Djédjé Sébastien, ministre ivoirien chargé des Relations avec le parlement et les autres institutions explique la réhabilitation économique du pays par les grands bailleurs de fonds. Il revient également sur l’importance de la réconciliation nationale pour le renouveau du pays.

Afrik : La France vient d’accorder 120 milliards de francs cfa à la Côte d’Ivoire. A quoi est destiné cet argent ?

Dano Djédjé Sébastien : Il va permettre à la Côte d’Ivoire de mettre ses idées en application. Nous avons connu beaucoup de difficultés en 2000-2001. Nous étions au creux de la vague. Avec un taux de croissance négatif de -2,2%, nous avons uniquement dû compter sur nos fonds propres pour avancer. Cette aide de l’Etat français est un appui budgétaire que nous allons chercher à utiliser de manière rationnelle.

Afrik : C’est à dire ?

Dano Djédjé Sébastien : C’est une aide qui entre dans le cadre du budget ivoirien qui sera voté avant mars. Les fonds seront distribués en fonction des différentes orientations nationales, telles que la lutte contre le sida, l’alphabétisation, l’environnement ou les transports.

Afrik : La Banque mondiale, le FMI, l’Europe, la France, tout le monde semble revenir vers la Côte d’Ivoire. Quel est cet effet boule de neige ?

Dano Djédjé Sébastien : La Côte d’Ivoire est à nouveau reconnu financièrement sur le plan mondial. Le pays a repris sa place au niveau économique. L’élément déclencheur a été le retour de la Banque mondiale et du FMI. L’Europe et des pays, tels que la France, ont suivi. Ils étaient d’accords pour signer de nouveaux accords avec nous, mais seulement à partir du moment où les instances monétaires internationales revenaient auprès du pays.

Afrik : Et les relations avec les Etats Unis ?A quand le retour de la Côte d’Ivoire au sein de l’African Growth Opportunity Act (Agoa) ?

Dano Djédjé Sébastien : Il y a deux choses à dissocier. Les appuis budgétaires, comme l’aide de la France, qui entrent dans le budget de l’Etat et qui aident à structurer des projets et une politique nationale. Et il y a les échanges commerciaux. Pour ce qui est des Etats-Unis et de l’Agoa (avantages tarifaires accordés par les Etats Unis dans les échanges avec certains pays africains, ndlr), une mission américaine s’est récemment rendu en Côte d’Ivoire. Les discussions sont toujours en cours.

Afrik : Le Forum de la réconciliation nationale n’était-il pas une manoeuvre politique pour réconcilier le pays avec ses anciens bailleurs de fonds ?

Dano Djédjé Sébastien : Le Forum de réconciliation a montré pour une fois que les Africains pouvaient régler leurs problèmes entre eux. Si le résultat a permis aux bailleurs de revenir, tant mieux pour le pays, tant mieux pour l’Afrique. La réconciliation nationale était inscrite dans le programme électorale de Laurent Gbagbo. Beaucoup n’y croyaient pas. Ce qui nous est arrivé était inimaginable. La Côte d’Ivoire a été le seul pays à ne pas connaître de coup d’Etat après la décolonisation. Elle a été menée de main de maître par Houphouët Boigny, remplacé par Henri Conan Bédié. Avec la destitution de Bédié, nous avons cru à une remise à plat des problèmes. La transition militaire a été chaotique. Et puis nous avons traverser les problèmes que vous connaissez (l’affaire Ouattara écarté des élections présidentielles, ndrl). Beaucoup d’antagonisme ont été créés. Antagonismes que nous avons aujourd’hui surmonté.

Afrik : Vous êtes l’un des rédacteurs du communiqué de la réunion Gbagbo, Bédié, Gueï, Ouattara qui doit prochainement être publié. Que contient-il ?

Dano Djédjé Sébastien : En tant que rédacteurs nous sommes soumis au secret professionnel. Le communiqué n’a pas encore été signé par tous. La décision de révéler son contenu ne m’appartient pas. Mais il va être publier dans les tout prochains jours. L’autre étape est lié à l’engagement de chacun des signataires. Cette réunion entre les leaders du pays a surtout été une agréable surprise pour les Ivoiriens. En renouant le dialogue, elle a réussi à décrisper l’atmosphère dans le pays.