La compagnie De Beers prospecte à nouveau dans la réserve du Botswana

Survival International relance sa campagne contre De Beers après avoir appris de source bien informée son retour dans la réserve du Kalahari central au Botswana. Son nouveau programme de prospection diamantifère sera dévastateur pour les Bushmen et l’écosystème de la Réserve. La zone de prospection est située à proximité de la communauté bushman de Metsiamenong.

Ses précédentes tentatives d’exploitation minière dans la Réserve avaient déclenché dans le monde entier une campagne massive de protestation. Survival avait appelé au boycott de la compagnie, avait convaincu avec succès les mannequins Iman et Lily Cole de ne plus la représenter et organisé des manifestations lors de l’inauguration de ses boutiques à Londres et à New York.

La campagne prit fin lorsque De Beers céda ses gisements d’une valeur de 1,6 milliards d’euros à Gem Diamonds, pour un montant de 25 millions d’euros.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui:  » Nous sommes consternés d’apprendre le retour de De Beers dans la réserve alors que la question des Bushmen n’est toujours pas résolue. La compagnie pensait probablement pouvoir agir dans l’ombre. Des centaines de Bushmen continuent de languir dans les camps de relocalisation dans l’impossibilité de retourner chez eux, le gouvernement ne les autorisant ni à chasser ni à utiliser leurs sources d’eau. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les aider, en faisant pression sur De Beers et en persuadant l’opinion publique de boycotter ses diamants jusqu’à ce que les Bushmen puissent de nouveau avoir accès à leur terre et à leur eau. Il n’est pas concevable que les Bushmen donnent leur consentement libre et informé à l’exploitation minière alors que la plupart ne peuvent même pas rentrer chez eux.

En 2006, les Bushmen ont gagné un procès sans précédent concernant leurs droits à vivre sur leurs terres ancestrales de la réserve du Kalahari dont ils avaient été expulsés par le gouvernement. La Haute Cour du Botswana a reconnu leur droit à vivre sur ces terres et à continuer d’y pratiquer la chasse et la cueillette. La présence d’importants gisements de diamants dans la Réserve est la raison la plus probable de l’expulsion des Bushmen. Alors que le président du Botswana, Ian Khama, siège au conseil de l’organisation écologiste nord-américaine Conservation International, cette nouvelle ruée sur les diamants dans le Kalahari menace l’une des plus grandes réserves naturelles d’Afrique.

Pour plus d’informations : http://www.survivalfrance.org