La cigarette électronique dénigrée à tort?

Alors que des études affirmaient qu’elle était nocive pour la santé, une autre étude démontre que la cigarette électronique est plus efficace que le patch à la nicotine pour arrêter de fumer.

Après moult critiques sur son efficacité, une nouvelle étude, effectué, par des chercheurs néo-zélandais, affirme que la cigarette électronique serait plus efficace que le patch à la nicotine, pour réduire le nombre de cigarettes fumées. Cette étude menée par Chris Bullen, de l’université d’Auckland, a été publiée dimanche dans le journal britannique The Lancet. Elle remet ainsi en question l’étude de l’organisation française sur 60 millions de consommateurs, publiée récemment. Cette dernière a pointé du doigt la présence de molécules cancérigènes dans la vapeur des cigarettes électroniques.

Or, l’étude néo-zélandaise de l’université d’Auckland indique « que la cigarette électronique est comparable au patch à la nicotine pour aider les fumeurs à arrêter sur une période d’au moins six mois ». Selon les chercheurs de ces travaux, un test a été mené sur sur un total de 657 fumeurs souhaitant arrêter de fumer. Et il montre une plus grande efficacité de la cigarette électronique que le patch. Sur une période de six mois, 57% des fumeurs de tabac ont divisé leur consommation par deux, contre 41% des utilisateurs de patch.

Autre avantage de la e-cigarette, elle parvient, beaucoup plus facilement que les patchs, à fidéliser les utilisateurs. Un tiers en effet de ceux qui ont testé la cigarette électronique ont continué à l’utiliser après un essai, contre 8 % des utilisateurs de patch.