La Centrafrique met en sous-traitance son nom de domaine Internet

L’opérateur public de téléphonie centrafricain a donné le nom de domaine  » .cf  » en exclusivité commerciale à une entreprise européenne.

Ne l’appelez plus jamais  » .cf « . Depuis six mois,  » Centrafrique Télécom Plus  » (CTP), filiale de l’opérateur public Socatel, a donné le nom de domaine centrafricain en exclusivité commerciale à une entreprise européenne. Par cette opération, la CTP cherche à accélérer l’attribution des noms de domaine.

Joint par téléphone, Charles Banga, chargé du développement du site Internet de CTP au moment de l’attribution, explique que  » l’autorisation a été donnée à la société  » Browling « , basée à Londres « . Et d’ajouter :  » La Socatel décide en dernier ressort de l’attribution des noms. S’il y a des incompatibilités avec la loi centrafricaine, nous avons un droit de veto « .

Termes d’attribution trompeurs

 » Freepseudo.com  » offre donc des noms de domaine en  » .cf « . Selon le quotidien Libération, Freepseudo.com serait rattaché à une entreprise irlandaise, appartenant elle-même à un groupe américain. Sans que les liens entre Freepseudo.com et Browling soient exactement établis.

Les termes de l’attribution des  » .cf  » par freepseudo.com sont trompeurs. A première vue, le nom de domaine est  » gratuit  » et  » à vie « . Mais en lisant plus attentivement le contrat, on apprend que celui-ci peut être modifié à tout moment…

Ce n’est pas la première fois qu’un pays confie à un intermédiaire la gestion du nom de domaine national. Le Malawi tente toujours de retrouver le sien, après que l’entreprise détentrice du nom  » .mw  » eut cessé toute activité. En ce qui concerne la Centrafrique Charles Banga se veut rassurant :  » On peut mettre un terme au contrat. Il y a toujours une échappatoire « . A voir.