La CEDEAO veut rendre opérationnelle la Force conjointe d’intervention

La CEDEAO
La CEDEAO

Les ministres de la Défense de la CEDEAO sont en conclave en Guinée-Bissau, aujourd’hui et demain lundi 19 décembre 2022. L’objectif de cette rencontre est d’accélérer la mise en place de la Force conjointe d’intervention. Celle-ci aura pour mission de lutter contre le terrorisme galopant et les coups d’Etat récurrents dans cette partie du continent.

C’est une rencontre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest qui a lieu du 18 au 19 décembre, en Guinée-Bissau. Les chefs d’Etat de la région ont jugé urgent de rendre opérationnelle la Force en attente de la CEDEAO. Cette décision a été prise face à la multiplication des putschs dans cette partie du continent africain. C’est le cas au Mali, en Guinée Conakry et autre Burkina Faso où la junte est au pouvoir.

Cette force « peut être utilisée pour lutter contre le terrorisme et le rétablissement de l’ordre constitutionnel dans la région lorsqu’il est menacé ». C’est ce qu’a déclaré, ce dimanche, le Général Biague Nan tam, chef d’état-major de la République de Guinée-Bissau. Celui qui est par ailleurs président du Comité des chefs d’état-major de la CEDEAO a fait cette déclaration lors de la session extraordinaire du Comité des chefs des opérations des états-majors des armées ouest-africaines.

Un déploiement efficace de la Force conjointe de la CEDEAO

Cette session extraordinaire se tient en prélude d’une réunion des ministres de la Défense de la CEDEAO, demain à Bissau. « Il est nécessaire d’activer la Force en attente de la CEDEAO pour lutter contre le terrorisme », a indiqué l’Ambassadeur Abdel-Fatau Musah. Dans son allocution de bienvenue, le Commissaire aux Affaires politiques, à la Paix et à la sécurité de la Commission de la CEDEAO, a souligné que la situation dans la région a atteint un stade inquiétant.

Cette réunion de demain devra proposer des options de déploiement efficace de la Force en attente de la CEDEAO. Celle-ci, outre la lutte contre le terrorisme, permettra la restauration de l’ordre constitutionnel. L’idée de la création de cette force a été émise lors du 62ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO. Réunis le 4 décembre 2021 au Nigeria, les dirigeants ouest-africains avaient partagé leur volonté de créer une force régionale.

Lire : La CEDEAO va-t-elle lancer un assaut militaire contre le Mali ?