La BCEAO démantèle un réseau international de faux billets

La Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest a démantelé un réseau international de contrefaçon des billets de francs CFA de la gamme de 1992. Une opération de plusieurs mois qui s’est soldée par une série d’arrestations.

Mission anti-contrefaçon accomplie. La Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a annoncé, lundi dans un communiqué, le démantèlement d’un réseau international de faux billets de francs CFA de la gamme 1992. L’opération, qui a duré plusieurs mois, s’est soldé par la saisie d’un important stock de faux billets de 10 000 FCFA et quelques arrestations. Mais le danger que représente les faux monnayeurs n’est pas complètement anéanti.

Réseau à la fois africain, européen et moyen-oriental

Tout a commencé en mars 2002. Des contrefaçons de billets de la gamme 1992, notamment des fausses coupures de 10 000 F CFA, circulent dans les huit Etats membres [<*>Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo]] de l’Union économique et monétaire ouest-africaine ([UEMOA), dont la BCEAO est l’institut commun d’émission. L’organe bancaire prend alors des mesures de protection pour les pays concernés, qui participent aussi à l’effort de guerre. Les efforts semblent payer, puisque, selon le communiqué, cette union a « permis de circonscrire rapidement le phénomène ».

A partir de ce moment, la BCEAO s’emploie à déterminer, avec l’aide de plusieurs pays, l’identité des faussaires. Les responsables de l’enquête découvrent alors une affaire d’envergure internationale. « Les investigations menées aux plans national, sous-régional et international, ont permis de remonter la filière et d’identifier les personnes concernées en Afrique de l’Ouest et du Centre, en Europe (France, Belgique, Suisse, Slovénie et Allemagne), en Asie (Turquie) et au Moyen Orient (Liban) », précise le communiqué.

Des industries complices

Les faussaires ont été identifiés, de même que les industries complices du crime : « imprimerie, papeterie fiduciaire, production d’éléments de sécurité, numéroteurs et encres de sécurité », énumère le document. Plusieurs arrestations ont déjà eu lieu. La BCEAO s’est refusé à tout commentaire, « l’affaire étant en cours », explique-t-on. Mais selon les informations de l’agence Xinhuanet, cinq personnes ont été arrêtées. « Toutes les personnes citées et arrêtées seront traduites devant les juridictions compétentes », indique le communiqué.

Tout danger n’est pas encore écarté. La BCEAO met en garde les citoyens de l’UEMOA contre les faux monnayeurs qui pourraient profiter de l’opération de retrait de la circulation de tous les billets de la gamme 1992 (15 septembre et jusqu’au 31 décembre 2004) pour écouler les coupures contrefaites. Les détenteurs de billets douteux, se verront purement et simplement refuser l’échange au guichet de la banque et en seront de leur poche.