La batte se brise au Caire

Le base-ball peine à s’imposer en Egypte. Pratiquée essentiellement par les Etrangers, cette discipline a pourtant ses fans au Caire. L’équipe égyptienne a même réussi à remporter un titre il y a quelques années.

Les étrangers, vivant en Egypte, essentiellement des diplomates, ont créé depuis quelques années 22 équipes de base-ball. Ce sport, nouvellement arrivé au pays d’Al Ahly et du Zamalek, a donné envie à certains Egyptiens de se lancer dans cette discipline. En 1995, Nagui Sabet convainc 20 amateurs de se joindre à lui et prend l’initiative de former une sélection nationale. Un an plus tard, son équipe rafle le titre de champion d’Egypte. Et depuis, la discipline ne cesse de péricliter. Les sponsors, d’abord attirés par le public composé du corps diplomatique, ont déserté le base-ball. Et l’unique vedette, à en croire Al Ahram, Hassan Sabet, le frère du sélectionneur national, songe à tenter sa chance aux Etats-Unis. Au ministère des Sports, on écarte catégoriquement l’idée de la création d’une fédération de base-ball.

Gros potentiel et manque d’effectifs

 » C’est injuste d’ignorer ainsi ce sport. Le base-ball est un sport olympique et possède son championnat du monde. Pourquoi ne pas l’introduire en Egypte ? « , se plaint Hassan Sabet au quotidien cairote. Une plainte qui risque de ne pas connaître satisfaction. Le ministère des Sports précise que tant qu’il n’y a pas, au minimum, une dizaine d’équipes locales, il n’est pas question de créer une fédération.  » On ne peut pas former une fédération parce qu’il existe 20 joueurs, alors que ce sport est encore un mystère pour les Egyptiens. Cela nous engagerait à trop de frais sans pouvoir assurer sa pérennité « , analyse lucidement un responsable dans les colonnes d’Al Ahram.

Faute de moyens, la sélection nationale s’est auto-dissoute. Seuls cinq joueurs ont trouvé refuge dans les équipes étrangères. Les autres sont montés dans les gradins : ils sont devenus supporters.