La 23è session de la grande commission mixte Tchad-Cameroun s’est tenue à Yaoundé

Commission mixte Tchad-Cameroun

Les travaux de la 23è session de la grande commission mixte Tchad-Cameroun se sont tenus du  21 au 22 Août 2019 à Yaoundé. Dans son discours introductif, le ministre tchadien des Affaires étrangères, Chérif Mahamat Zene, a réaffirmé le leadership de l’engagement des deux chefs d’État camerounais et tchadien en faveur de l’intégration sous-régionale et du renforcement de la coopération entre les deux États.

Selon le chef de la diplomatie tchadienne, les deux pays font face à une multitude de défis majeurs qui appellent à une nouvelle dynamique dans la coopération bilatérale. Il faut donc un examen et une adoption constante d’instruments de coopération.

Selon certaines sources, les questions qui étaient au centre des discussions étaient celle liées à la sécurité : le terrorisme du groupe Boko Haram, le trafique de tout genre et la consolidation des efforts des forces mixtes engagées sur les théâtres des opérations pour la sécurisation des frontières entre les deux pays.

Les deux parties ont évalué la situation sécuritaire tout au long de la frontière commune, ainsi que la question de la libre circulation qui constitue un problème majeur pour les opérateurs économiques et les transporteurs. Ces derniers, représentés à la réunion de Yaoundé, ont plaidé pour un assouplissement des tracasseries depuis le port de Douala et tout au long du corridor conventionnel.

Par ailleurs, le ministre tchadien de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, David Houdeingar a évoqué les difficultés de séjour que rencontrent les milliers d’étudiants tchadiens au Cameroun. Il s’agit entre autres du refus de délivrance des diplômes intermédiaires et l’exigence de carte de séjour par les universités camerounaises, préalable à toute inscription. Depuis 2017, un projet d’accord a été proposé mais n’a pas abouti.

Les Représentants des deux pays, les cadres des différents domaines liés au développement s’étaient penchés, pendant deux jours, sur plusieurs questions brulantes du moment.