L’UNESCO remonte l’obélisque d’Axoum en Ethiopie

Le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO a signé un contrat avec l’entreprise italienne de travaux publics Lattanzi SRL pour remonter l’obélisque d’Axoum sur son emplacement d’origine, en Ethiopie. L’obélisque est la deuxième plus grande stèle du site du patrimoine mondial d’Axoum.

Paris, 22 juin – Le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO a signé un contrat avec l’entreprise italienne de travaux publics Lattanzi SRL pour remonter l’obélisque d’Axoum sur son emplacement d’origine, en Ethiopie. L’obélisque est la deuxième plus grande stèle du site du patrimoine mondial d’Axoum.

Pesant 150 tonnes et mesurant 24 mètres de haut, l’obélisque avait été apporté à Rome en 1937 par les troupes de Mussolini. Soixante-huit ans plus tard, en avril 2005, le Gouvernement italien a décidé, grâce à une médiation de l’UNESCO, de son retour en Ethiopie. Compte tenu de son énorme volume, le monolithe a du être coupé en trois morceaux et ramené à Axoum dans des avions Antonov. Sur place, il a été entreposé sur le champ des stèles, près de son emplacement d’origine, pendant que des fouilles archéologiques étaient réalisées dans la zone prévue pour son installation.

Le budget total du projet, d’un montant de 2 833 985 dollars, est financé par le Gouvernement italien. Ce dernier s’est également chargé du transport et des études nécessaires à l’installation, réalisées sous la supervision de l’UNESCO. Pour sa part, l’entreprise Lattanzi a déjà commencé à acheminer équipements et personnel; elle démarrera vers la mi-juillet des travaux qui devraient durer environ 18 mois.

L’obélisque, symbole de l’identité du peuple éthiopien, date de près de 1 700 ans. Les vestiges de la cité antique d’Axoum, au nord-est de l’Ethiopie, marquent l’emplacement du cœur de l’Ethiopie antique, lorsque le Royaume d’Axoum était l’Etat le plus puissant entre l’Empire romain d’Orient et la Perse. Ce parc archéologique, avec des vestiges s’étalant du premier au XIIIe siècle, a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1980.

Plus d’information : le site de [l’Unesco->http://whc.unesco.org/en/news/350
http://whc.unesco.org/pg.cfm?cid=31&id_site=15]

Photographies et images disponibles

Contact: Christine Carbonell, c.carbonnell@unesco.org. Tél.: +331 45680068.