L’ovalie ivoirienne à l’essai

Le monde de la balle ovale veut donner un second souffle à cette discipline à Abidjan. Le rugby, parent pauvre du sport ivoirien, veut sortir de l’anonymat. A quelques jours du début du championnat, la Fédération fait son bilan.

Manque chronique de moyens, organisation défaillante, le ballon ovale ivoirien est en pleine crise. Pourtant, les potentialités sportives existent. La Côte d’Ivoire compte quinze clubs mais seuls huit d’entre-eux ont pour l’instant l’intention de participer au championnat national qui devrait débuter début mars.  » Il y a de fortes probabilités pour que douze équipes participent au championnat. Après l’assemblée générale de la Fédération qui aura lieu ce 24 février, il y aura sûrement un déblocage et on pourra passer aux choses sérieuses « , s’enthousiasme Joseph Anoman, dirigeant de l’équipe du Port autonome d’Abidjan et à la Fédération ivoirienne de rugby. Pour l’instant, la colère monte contre l’actuel président, Marcellin Zahui, accusé d’abandonner la Fédération au profit de ses intérêts personnels.

Les clubs rêvent de transformation

Le monde de l’ovalie avait pourtant applaudi la saison dernière l’arrivée de Marcellin Zahui à la tête de la Fédération de rugby. Athlète puis dirigeant, ce dernier avait promis de relancer cette discipline. Face au retrait des sponsors et au manque de moyens financiers, le rugby ivoirien sombre dans la déprime. Pourtant, le Quinze national n’a pas démérité lors du Top 6, Coupe continentale regroupant six équipes (Afrique du Sud A et B, Côte d’Ivoire, Namibie, Zimbabwe et Maroc). Les Ivoiriens sont arrivées en demi-finales… annulées par la Confédération africaine pour raisons pécuniaires. Sur le plan national, le Port autonome d’Abidjan, tenant du titre, continue d’imposer sa domination.

Huit, douze ou quinze clubs cette saison ? Si à la Fédération on demeure optimiste, dans les clubs, c’est plutôt l’abattement qui prévaut. Lundi prochain, la Fédération tranchera sur la suite à donner aux revendications des clubs. L’avenir de Marcellin Zahui à la tête du ballon ovale ivoirien semble compromis.