L’Ouganda attaque sa rébellion au Soudan

L’armée ougandaise a traversé sa frontière au sud Soudan pour combattre les rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). 66 combattants de ce mouvement auraient été abattus par l’armée gouvernementale.

Le pacte Al Béchir-Museveni, signé en mars dernier, commence à porter ses fruits. L’armée ougandaise a franchi la frontière soudanaise pour s’attaquer au mouvement rebelle de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). Selon le porte-parole de l’armée ougandaise, le commandant Shaban Bantariza, 66 combattants du Seigneur ont été abattus jeudi dernier dans le Sud Soudan. La veille, Kampala avait annoncé la mort de 150 rebelles, tués dans une embuscade près des Monts Imotong, à environ 48 kilomètres de la frontière ougandaise. Depuis l’accord (non rendu public) entre Khartoum et Kampala, les soldats ougandais peuvent poursuivre les rebelles en terre soudanaise. Le chef des rebelles, le lieutenant-colonel Otim Okello, aurait été tué lors de ces combats.

Les dix commandements

L’Armée de résistance du Seigneur est un mouvement religieux né dans les années 80. Son objectif est de renverser le régime de Yoweri Museveni et de le remplacer par un système basé sur les dix commandements de la bible. Le mouvement a été rejeté par l’Eglise officielle pour son extrémisme et sa cruauté. Selon de nombreuses sources, le principal leader de cette secte politique, Joseph Kony, serait toujours dans les régions montagneuses du sud Soudan.

 » Début mai, plus de 470 civils soudanais avaient été tués par les rebelles ougandais, dans leur fuite face à l’armée ougandaise, dans le sud du Soudan, selon des sources de l’Eglise catholique, confirmées par l’armée ougandaise « , note le correspondant de l’Afp. Le conflit entre l’Armée du Seigneur et le gouvernement de Kampala a fait des centaines de victimes et plus de 500 000 réfugiés en quinze ans.