L’or et le café dopent les exportations congolaises

La balance commerciale des trois premiers trimestres de la République démocratique du Congo, excédentaire de 234,7 millions de dollars, affiche une hausse de 30 % par rapport à l’année dernière. A la base de ces résultats, des exportations dopées par la bonne santé du diamant et du café.

La République démocratique du Congo (RDC) relève économiquement la tête. Sa balance commerciale des trois premiers trimestres 2002 connaît une hausse de 30 % par rapport à l’année dernière. Une balance excédentaire de 234,7 millions de dollars qui doit sa nouvelle santé à celle de ses exportations, au premier rang desquelles le diamant et de café.

Bien que le dernier rapport onusien fasse état du pillage des ressources naturelles de la RDC par les anciens occupants ougandais, burundais et rwandais, le diamant -dont le pays est le septième producteur mondial- reste le premier secteur d’exportation congolais. Avec 557,80 millions de dollars, il devance largement les exportations de pétrole, 137,9 millions de dollars, en baisse de 11,7%.

Des exportations en hausse de 25%

Plus spectaculaire, le café enregistre les meilleurs résultats à l’exportation. 24,8 millions de dollars contre 2,4 en 2001, les chiffres ont été multipliés par dix en un an. Après l’effondrement de l’exploitation du palmier à huile, de l’hévéa et du coton, le café est la seule culture d’exportation congolaise encore subsistante. Le pays, qui fut 18ème producteur mondial, retrouve son ancienne gloire.

Le volume total des exportations congolaises s’élève à 904,2 millions de dollars, soit une hausse de 25,2% par rapport à 2001. L’excédant de la balance commerciale s’explique également par des importations totales de 669,5 millions de dollars qui n’ont augmenté que de 16,4%. Plus de la moitié des importations n’est pas identifiée.